Actualisé 18.04.2019 à 06:34

Télécommunications

Moratoire ou pas, la 5G peut débarquer en Suisse

Swisscom a emboîté le pas à Sunrise et a introduit la 5G dans de nombreuses villes du pays. Les initiatives cantonales ne peuvent pas la bloquer.

de
Yannick Weber

«Je ne comprends pas pourquoi Swisscom déploie la 5G alors qu'un moratoire a été déposé pour mettre le projet en suspens.» A l'instar de celui de ce lecteur, de nombreux commentaires sur «20minutes.ch» ont montré l'incompréhension qui régnait après que Swisscom a annoncé que la 5G avait été déployée dans 102 sites sur 54 localités, à minuit dans la nuit de mardi à mercredi. A la fin du mois de mars, Sunrise avait déjà introduit la technologie dans 152 villes suisses.

Moratoires sans effet

Entre temps, les députés des cantons de Vaud et de Genève avaient demandé l'instauration d'un moratoire contre l'installation d'antennes jusqu'à ce qu'on connaisse les effets de cette technologie sur la santé. Le Jura leur a emboîté le pas mercredi. Les opérateurs sont-ils passés en force? Ces mesures politiques n'empêchent en fait nullement le déploiement de la 5G, qui est dictée à Berne par l'Office fédéral de la communication (OFCOM). Les cantons n'y peuvent rien.

Et la raison est simple. Les antennes existantes et équipées peuvent déjà émettre la 5G, bien que celle-ci soit pour l'instant limitée à des fréquences équivalentes à celles de la 4G+ actuelle. Et elles sont déjà nombreuses, comme le montre la carte disponible sur le site de la confédération.

Freiner, mais pas bloquer

Les suspensions de construction d'antennes ne concernent que celles qui doivent être érigées à l'avenir. Pour Swisscom, les démarches politiques dans les cantons ne changent donc rien à l'introduction de la 5G, alors même qu'aucun smartphone ne peut encore l'utiliser. «Nous avons reçu la concession de l'OFCOM, qui est valable depuis mercredi, et l'avons donc actionnée. Les premiers appareils mobiles compatibles seront sur le marché au mois de mai», explique Christian Neuhaus, porte-parole de Swisscom.

Par contre, l'opérateur explique que pour exploiter tout le potentiel de la 5G ces prochaines années, les valeurs-limite concernant la puissance des émissions devront être revues, ce que le monde politique est pour l'heure peu enclin à faire. De plus, des antennes-relais supplémentaires devront obligatoirement être construites. Et c'est là que les cantons ont leur mot à dire puisqu'ils délivrent les permis de construire. Ils pourraient donc freiner, mais sans empêcher, le développement de la 5G.

Les cantons attendent surtout la publication d'un rapport qui doit sortir cet été, sous l'égide de l'Office fédéral de l'environnement. Celui-ci se penche sur les outils nécessaires au déploiement de la 5G et les risques qui pourraient en découler pour la population.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!