France: Morceaux choisis des pires bourdes à la télé
Actualisé

FranceMorceaux choisis des pires bourdes à la télé

Eric Dussart et son équipe passent le petit écran au tamis depuis dix ans. Le chroniqueur de «Touche pas à mon poste» en a tiré un bouquin.

par
Julienne Farine
Le Français de 37 ans ne manque jamais «Le Petit Journal».

Le Français de 37 ans ne manque jamais «Le Petit Journal».

photo: Kein Anbieter

Tous les jours à la radio et une fois par semaine sur D8, Eric Dussart nous fait profiter des plus belles bourdes des animateurs, journalistes et autres candidats de téléréalité. Que ceux qui préfèrent la lecture se rassurent, il a également pensé à eux avec «Brèves de télé» (Ed. Chiflet & Cie).

Comment vous débrouillez-vous pour collecter toutes ces perles?

Dans notre société de production, nous avons une équipe de cinq à six valeureux zappeurs. Ça dépend des jours et de ceux qui craquent (il rit). On a un système qui permet de tout quadriller à la télé, que ce soit sur les chaînes généralistes, les chaînes info et, naturellement, les téléréalités. Chaque jour, ces équipes sortent un gros paquet de choses dont j'essaie de tirer le meilleur.

Comment avez-vous sélectionné les brèves qui apparaissent dans le livre?

Certaines étaient très bonnes, mais elles ont été supplantées par d'autres qui étaient beaucoup plus fortes. Quand quelqu'un nous dit qu'il est «monté sur ses grands poneys», ça relègue en 2e division deux ou trois autres bourdes qui étaient bonnes, mais moins puissantes.

Avez-vous des retours des personnes que vous citez dans le livre?

S'agissant des candidats de téléréalité, je ne suis pas sûr qu'ils lisent des livres (il rit). Généralement, les gens qui ont commis ces bourdes-là ont beaucoup d'autodérision, donc je ne me suis pas encore pris de paires de claques. A quoi bon monter sur ses ergots parce qu'on a fait une bourde? Ça nous arrive à tous, ce n'est pas grave. C'est drôle avant tout.

Et les lecteurs, que vous disent-ils?

Ils m'engueulent! Ils me disent qu'ils ont lu le bouquin dans les transports publics, qu'ils ont éclaté de rire et qu'ils ont passé pour des débiles. C'est plutôt une bonne critique.

Et les vôtres, de bourdes, où sont-elles?

On pourrait en faire un volume complet, surtout si on prend l'époque où je présentais les infos le matin sur la radio Europe 2. Je n'étais pas très performant sur les news et en plus c'était à 5h30. Je pense au football par exemple, quand j'ai annoncé qu'un joueur avait marqué trois buts en or.

Ton opinion