Actualisé

FootballMorganella s'est fait une place au froid

L'équipe de Suisse s'est entraînée mardi soir à Newcastle. Dans une ambiance bon enfant les Rougets ont goûté aux frimas britanniques.

par
Marc Fragnière
Newcastle
Le latéral tatoué de l'équipe de Suisse n'a pas l'habitude de rencontrer de telles températures en été en Italie, où il évolue en club.

Le latéral tatoué de l'équipe de Suisse n'a pas l'habitude de rencontrer de telles températures en été en Italie, où il évolue en club.

«Depuis notre arrivée ici, nous avons pu prendre conscience de ce qui nous attend au niveau du climat. Il fait froid», a frissonné Michel Morganella. Nouveau venu au sein de l'ensemble de Pierluigi Tami, le Valaisan a estimé que son intégration s'était bien déroulée: «Pour une question de langue, je passe logiquement plus de temps avec François Affolter et Xavier Hochstrasser. Et puis, les Suisses allemands n'ont pas les mêmes règles que nous au niveau des jeux de société !», a relaté, hilare l'arrière latéral avant de retrouver son sérieux: «Le groupe est soudé. Il n'y a pas de clans et l'ambiance est au beau fixe, on commence à tous bien se connaître », a-t-il assuré.

Avec un seul entraînement par jour, le temps lui paraît parfois long : « Le climat n'incite pas à la promenade, alors il faut s'occuper. Après le déjeuner, on a généralement une séance de théorie puis on mange à 13h. On profite de l'après-midi pour bien se reposer. Le soir, après l'entraînement, c'est généralement quartier libre. Il y a un billard, une table de ping-pong et une X-Box avec le jeu des JO. Tout le monde peut y trouver son compte».

Gabonais, Mexicains et Sud-Coréens sont logés à la même enseigne : celle d'un cinq étoiles de la ville. Le temps des Jeux, cet hôtel s'est mué en forteresse imprenable: «Il y a un portique comme dans les aéroports. Et des agents de sécurité partout! A notre étage, il y en a un à la sortie de l'ascenseur et un dans le couloir. Je n'ai jamais vu ça mais c'est aussi la première fois que je participe à un tel évènement.»

Timm Klose, sélectionné olympique:

Timm Klose, sélectionné olympique:

"Je n'ai eu aucun souci d'intégration"

Le fait que je sois arrivé en dernier dans le groupe (n.d.l.r : il n’avait rejoint la sélection que le 15 juillet, en soirée) avec Ricardo Rodriguez n’a guère pesé par rapport à mon intégration. Je connaissais déjà à peu près tous le joueurs et le staff. Comme j’ai plus de 23 ans, l’ASF n’avait aucune possibilité de faire pression pour que le club (n.d.l.r : Nuremberg) me libère plus tôt. Alors il y a eu des discussions. Je pense qu’on a trouvé un bon compromis. A Nuremberg, j’ai expliqué à mes dirigeants que j’avais vraiment très envie de venir disputer les Jeux. Ils ont finalement accepté de me laisser venir alors que rien ne pouvait les y contraindre.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!