Concept «Via sicura» pour améliorer la sécurité routière: Moritz Leuenberger s'attend encore à des changements
Actualisé

Concept «Via sicura» pour améliorer la sécurité routièreMoritz Leuenberger s'attend encore à des changements

La paquet de mesures «Via sicura» pour améliorer la sécurité routière pourrait une nouvelle fois être revu et corrigé.

Le ministre des transports Moritz Leuenberger l'a signalé mercredi devant la presse. Il s'agit désormais d'attentre les résultats de la consultation.

Interrogé sur le temps pris pour élaborer ce plan d'action lancé en 2002, le conseiller fédéral a rappelé qu'il avait fallu dix ans avant d'introduire la limite d'alcoolémie à 0,5 pourmille. Il a une nouvelle fois insisté sur la nécessité de limiter le nombre des victimes.

En 2007, 386 personnes sont mortes sur les routes suisses et 5235 ont été grièvement blessés. Si ces chiffres restent bas en comparaison internationale, ils n'en sont pas moins à nouveau en hausse après la baisse constatée les années précédentes. Il faut prendre en compte le 6,5 milliards de francs par an de coûts matériels des accidents, a rappelé Moritz Leuenberger.

Le degré de réalisation des mesures proposées, qui vont de l'obligation de circuler feux allumés en journée à la destruction du véhicule en cas d'infraction grave à la circulation routière en passant par l'intensification des contrôles, dépendra de leur soutien et des moyens libérés. S'il y a moins d'argent à disposition, il sera plus difficile d'entreprendre des travaux sur les routes.

(ats)

Ton opinion