Conflit avec Pyongyang: Moscou appelle Washington à la retenue
Publié

Conflit avec PyongyangMoscou appelle Washington à la retenue

Sergueï Lavrov demande à Rex Tillerson de ne pas utiliser l'armée contre la Corée du Nord.

1 / 150
La Corée du Nord a testé mercredi un «nouveau type» de missile balistique, tiré à partir d'un sous-marin, au lendemain de l'annonce par Pyongyang de discussions de travail samedi sur le nucléaire avec Washington. (2 octobre 2019)

La Corée du Nord a testé mercredi un «nouveau type» de missile balistique, tiré à partir d'un sous-marin, au lendemain de l'annonce par Pyongyang de discussions de travail samedi sur le nucléaire avec Washington. (2 octobre 2019)

AFP
Washington s'est déclaré prêt à discuter avec Pyongyang. (Mercredi 21 août 2019)

Washington s'est déclaré prêt à discuter avec Pyongyang. (Mercredi 21 août 2019)

Keystone
Le président chinois Xi Jinping a suggéré à son homologue américain Donald Trump lors du récent G20 d'alléger «en temps opportun» les sanctions visant la Corée du Nord, a révélé mardi le ministre chinois des Affaires étrangères. Il prône le «dialogue». (Mardi 2 juillet 2019)

Le président chinois Xi Jinping a suggéré à son homologue américain Donald Trump lors du récent G20 d'alléger «en temps opportun» les sanctions visant la Corée du Nord, a révélé mardi le ministre chinois des Affaires étrangères. Il prône le «dialogue». (Mardi 2 juillet 2019)

AFP

Moscou a appelé Washington à ne pas recourir à la force militaire contre la Corée du Nord après son tir de missile au-dessus du Japon, lors d'une conversation téléphonique dans la nuit de mercredi à jeudi entre les chefs de la diplomatie russe et américaine.

Le ministre russe Sergueï Lavrov a rappelé à son homologue américain Rex Tillerson «la nécessité de s'abstenir de toute mesure militaire dont les conséquences seraient imprévisibles», selon un communiqué du ministère russe des Affaires étrangères.

Le responsable russe a également, lors de cette conversation dont l'initiative revient aux Américains, qualifié tout renforcement des sanctions contre Pyongyang de «contre-productif et dangereux».

Sergueï Lavrov a «de nouveau mis l'accent sur l'absence d'alternative à la recherche d'une voie politico-diplomatique pour lever les tensions dans la péninsule coréenne», poursuit le communiqué.

Avec la menace proférée par le président Donald Trump de déchaîner le «feu et la colère» sur Pyongyang et le tir mardi d'un missile nord-coréen qui a survolé le nord du Japon, les tensions ont redoublé d'intensité au cours du mois écoulé.

Exercice à munitions réelles

La Corée du Nord a prévenu que d'autres tirs de missiles allaient suivre avec le Pacifique pour cible.

MM. Lavrov et Tillerson ont condamné ce tir, qui représente une «nouvelle violation flagrante de Pyongyang des résolutions du Conseil de sécurité de l'ONU», selon la diplomatie russe.

Sur le terrain, des bombardiers lourds et des chasseurs furtifs de l'armée américaine ont participé jeudi en Corée du Sud à un exercice à munitions réelles.

Ces exercices sont intervenus après des manoeuvres annuelles entre les deux pays perçues comme une provocation par la Corée du Nord, qui justifie ses ambitions militaires par la nécessité de se protéger des Etats-Unis.

Le mois denier, Pyongyang a réussi ses deux premiers tirs de missile balistique intercontinental (ICBM), qui ont mis apparemment une bonne partie du continent américain à sa portée. (nxp/afp)

(NewsXpress)

Ton opinion