flambée du prix du gaz – Moscou contrarié par les livraisons allemandes
Publié

flambée du prix du gazMoscou contrarié par les livraisons allemandes

Le géant russe Gazprom a jugé peu «rationnel» la revente de gaz par l’Allemagne à la Pologne.

Le champ gazier de Bovanenkovo, propriété de Gazprom, sur la péninsule arctique de Yamal, en Russie, le 21 mai 20.

Le champ gazier de Bovanenkovo, propriété de Gazprom, sur la péninsule arctique de Yamal, en Russie, le 21 mai 20.

REUTERS

Le géant russe Gazprom a jugé peu «rationnel» la revente de gaz par l’Allemagne à la Pologne, en pleine flambée des prix, rejetant les accusations selon lesquelles Moscou limite volontairement ses livraisons à l’Europe.

«On observe une inversion du flux de gaz de l’Allemagne vers la Pologne et apparemment aussi vers l’Ukraine, de l’ordre de 3 à 5 millions de mètres cubes par jour», a indiqué le porte-parole de Gazprom, Sergueï Kouprianov, dans une vidéo diffusée samedi soir.

Ce gaz provient de réservoirs souterrains en Allemagne, des réservoirs dont le gaz a déjà été utilisé à 47%. Et l’hiver ne fait que commencer… Ce n’est pas la décision la plus rationnelle

Sergueï Kouprianov, porte-parole de Gazprom.

Selon Sergueï, les prix de ces livraisons sont «nettement supérieurs à ceux des volumes livrés par Gazprom».

Mercredi, la représentation permanente de la Pologne auprès de l’Union européenne a accusé Moscou d’avoir stoppé ses livraisons via le gazoduc Yamal-Europe entre la Russie, la Pologne et l’Allemagne, accusant Gazprom de «manipulation».

Le président russe Vladimir Poutine a rétorqué jeudi que Gazprom n’effectuait pas de nouvelles exportations via ce gazoduc, faute de nouvelles commandes européennes.

Hausse affolante des prix

L’Europe occidentale est confrontée depuis plusieurs mois à une hausse affolante des prix du gaz due à plusieurs facteurs: un hiver 2020-2021 très froid, la reprise économique post-pandémie ou encore un apport réduit des énergies renouvelables.

Le cours du gaz en Europe a battu un nouveau record mardi, avec l’arrivée de températures hivernales. À cela s’ajoutent des tensions géopolitiques entre l’UE et Moscou, qui assure un tiers des livraisons européennes.

Les Occidentaux soupçonnent la Russie de limiter ses livraisons pour faire pression sur les Européens et obtenir gain de cause dans plusieurs dossiers, notamment le lancement du nouveau gazoduc russo-allemand Nord Stream 2.

«Les accusations contre la Russie et Gazprom disant que nous fournissons peu de gaz au marché européen sont absolument sans fondement», a réagi samedi Sergueï Kouprianov.

«Cette année, Gazprom a livré à l’Allemagne 50,2 milliards de mètres cubes, c’est 5,3 milliards de plus que l’année dernière. Gazprom a déjà livré plus de gaz que l’année dernière aux pays suivants: Italie, Turquie, Bulgarie, Serbie, Danemark, Finlande et Pologne», a-t-il énuméré.

La Russie est aussi accusée de ne pas envoyer de gaz supplémentaire à l’Europe via l’Ukraine, du fait des fortes tensions entre Moscou et Kiev, des accusations également rejetées par Moscou.

(AFP)

Ton opinion