Géorgie: Moscou peu soutenu par ses alliés en Asie
Actualisé

GéorgieMoscou peu soutenu par ses alliés en Asie

L'Organisation de coopération de Shanghaï (OCS), qui regroupe les alliés de Moscou en Asie, a fait part jeudi de son inquiétude face aux tensions en Géorgie.

Elle n'a toutefois pas apporté au président Medvedev le soutien clair qu'il espérait dans sa confrontation avec les Occidentaux.

Le président russe s'était rendu au sommet de l'OCS, à Douchanbé, en espérant obtenir le soutien de ses alliés après la reconnaissance par Moscou de l'indépendance des provinces sécessionistes géorgiennes d'Ossétie du Sud et d'Abkhazie.

Le communiqué final du sommet n'apporte toutefois pas de soutien clair au Kremlin, dont l'attitude dans le conflit en Géorgie a été largement condamnée par les Etats-Unis et l'Union européenne. L'OCS regroupe la Russie, la Chine, le Tadjikistan, l'Ouzbékistan, le Kirghizistan et le Kazakhstan.

Les Etats membres de l'OCS expriment «leur grave inquiétude au sujet des récentes tensions liées à la question de l'Ossétie du Sud. Elles appellent «les parties à résoudre leurs désaccords par un dialogue pacifique et à s'efforcer de faciliter la réconciliation et les pourparlers», peut-on lire dans la déclaration finale du sommet de l'OCS, à Douchanbé, capitale du Tadjikistan.

Aucun pays n'a pour l'heure imité la Russie en reconnaissant également l'Ossétie du Sud et l'Abkhazie comme des Etats indépendants.

La déclaration de l'OCS soutient l'accord de paix en six points négocié par le président français Nicolas Sarkozy au nom de l'Union européenne (UE), tout en reconnaissant le rôle joué par Moscou dans la région du Caucase. (ats)

Ton opinion