Guerre en Ukraine: Moscou pourrait couper le gaz, selon un rapport confidentiel à Berne

Publié

Guerre en UkraineMoscou pourrait couper le gaz, selon un rapport confidentiel à Berne

Une analyse du Service de renseignement de la Confédération (SRC) montre que ce scénario du pire est envisagé et envisageable.

En Suisse, l’année dernière, 43% du gaz utilisé provenait de la Russie. Les trois quarts transitaient par l’Allemagne.

En Suisse, l’année dernière, 43% du gaz utilisé provenait de la Russie. Les trois quarts transitaient par l’Allemagne.

AFP

La pénurie de gaz cet hiver inquiète toute l’Europe. Surtout depuis que le gazoduc Nord Stream (le principal relais du gaz russe vers l’Allemagne) est à l’arrêt, officiellement pour des raisons de maintenance. Mais de nombreux pays craignent que Moscou prétexte ce motif technique pour ne pas reprendre ses livraisons. En Suisse aussi on s’inquiète de ce scénario. Il est même jugé «réaliste» par une analyse confidentielle du Service de renseignement de la Confédération (SRC), révèle le SonntagsBlick dimanche.

Ainsi, selon le SRC, il est probable que la Russie réduise encore les livraisons de gaz vers l’Europe. Et il envisage même un arrêt complet des livraisons, ce en particulier si Moscou subit de lourdes pertes en Ukraine.

Contingenter le gaz

Du coup, le Service de renseignement prévient déjà qu’au pire, il faudrait contingenter le gaz en cas de réduction ou d’arrêt des livraisons russes. Ce qui pourrait entraîner une réaction en chaîne. Des entreprises suisses pourraient ainsi être confrontées à des difficultés existentielles. Mais les ménages seraient aussi touchés puisque 60% des bâtiments d’habitation en Suisse sont chauffés au gaz ou au mazout.

Pour rappel, le Conseil fédéral avait mis en garde les Suisses fin juin des risques d’une pénurie d’énergie cet hiver. «Il y a des indices concrets quant à la possibilité d’une pénurie de gaz», avait affirmé le ministre de l’Économie Guy Parmelin. Le gouvernement avait présenté un plan d’urgence en cas de manque. D’abord, ce serait aux entreprises de se serrer la ceinture. Le Conseil fédéral avait ainsi appelé toutes celles qui peuvent passer du gaz au mazout à agir tout de suite.

En outre, des réserves hydrauliques sont préparées et des stocks de gaz sont constitués dans les pays voisins. Mais Berne a d’ores et déjà prévenu la population qu’elle aussi pouvait faire des économies, comme en baissant le chauffage en hiver par exemple.

(cht)

Ton opinion

483 commentaires