Actualisé 05.04.2006 à 16:42

Moscou présidera le Conseil de l'Europe sans avoir aboli la peine de mort

La Russie assumera pendant six mois à partir de la mi-mai la présidence du comité des ministres du Conseil de l'Europe sans avoir aboli la peine capitale.

Cette exigence est pourtant fondamentale pour l'organisation qui presse le pays dans ce sens.

S'il n'y a plus d'exécutions des condamnés à mort en Russie depuis dix ans, la peine capitale n'a toujours pas été abolie. Les parlementaires belge Luc van den Brande et grec Teodoros Pangalos, représentants de la Commission de suivi du Conseil, ont appelé la Russie à franchir ce pas, au cours d'une conférence de presse.

«Ce serait un signal fort» de la présidence russe, a estimé M. van den Brande. «Un acte de courage politique», a renchéri M. Pangalos.

Le président de la commission des Affaires étrangères de la Douma, Konstantin Kosatchev, a cependant indiqué qu'il n'y avait actuellement pas de majorité favorable à l'abolition au parlement russe, tout en soulignant qu'à titre personnel il était acquis à l'abolition.

MM. van den Brande et Pangalos ont énuméré d'autres points sur lesquels, selon eux, doivent porter les efforts de la Russie: l'indépendance de la justice, celle des médias ainsi que la lutte contre les sévices dans l'armée. (ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!