Dopage: Moscou regrette la décision «politique» du TAS
Actualisé

DopageMoscou regrette la décision «politique» du TAS

La Russie juge «peu probable que l'idée de responsabilité collective puisse être acceptable». Le Tribunal arbitral du sport a rejeté l'appel des 68 athlètes russes dopés.

1 / 92
Treize sportifs russes et deux entraîneurs accusés de dopage puis blanchis sont désormais éligibles pour les jeux Olympiques 2018 de Pyeongchang, a annoncé le CIO. (Samedi 3 février 2018)

Treize sportifs russes et deux entraîneurs accusés de dopage puis blanchis sont désormais éligibles pour les jeux Olympiques 2018 de Pyeongchang, a annoncé le CIO. (Samedi 3 février 2018)

AFP
Le président russe Vladimir Poutine a demandé mercredi aux sportifs russes de lui «pardonner» pour n'avoir pas su les «protéger» des retombées du scandale du dopage. (Mercredi 31 janvier 2018)

Le président russe Vladimir Poutine a demandé mercredi aux sportifs russes de lui «pardonner» pour n'avoir pas su les «protéger» des retombées du scandale du dopage. (Mercredi 31 janvier 2018)

AFP
Dans une interview, l'ancien haut responsable de l'antidopage accuse Vladimir Poutine d'avoir joué un rôle crucial dans l'organisation du dopage des sportifs russes aux Jeux olympiques. (29 janvier 2018)

Dans une interview, l'ancien haut responsable de l'antidopage accuse Vladimir Poutine d'avoir joué un rôle crucial dans l'organisation du dopage des sportifs russes aux Jeux olympiques. (29 janvier 2018)

AFP

Les autorités et les athlètes russes ont à l'unisson dénoncé leur exclusion des jeux Olympiques de Rio et fustigé une décision «politique» et «criminelle», la star de la perche Yelena Isinbayeva parlant d'«enterrement» de l'athlétisme. Premier à réagir: le Kremlin dans les minutes suivant la décision du Tribunal arbitral du sport de rejeter l'appel des 68 athlètes russes suspendus pour Rio.

«On ne peut que regretter profondément» cette décision concernant les «athlètes qui n'ont rien à voir avec le dopage», a déclaré à la presse le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov. «Il est peu probable que l'idée de responsabilité collective puisse être acceptable», a-t-il estimé.

Dans la foulée, le ministre russe des Sports Vitali Moutko a fustigé une décision «politique». «Je ne peux qu'exprimer ma déception. Nous allons réfléchir aux prochaines étapes. A mon avis, c'est une décision subjective, assez politisée et sans fondement juridique», a-t-il déclaré à l'agence de presse officielle russe TASS.

«Le tribunal a pris une décision qui viole les droits des athlètes propres (...) Nous allons continuer à défendre notre honneur et notre dignité, il est temps d'aller devant un tribunal civil», a-t-il ensuite déclaré lors d'une conférence de presse où une partie de la presse internationale, dont l'AFP, a été privée d'accès mais retransmise par la télévision russe.

Déception des sportifs

Parmi les athlètes privées de Rio, la «tsarine» de la perche, Yelena Isinbayeva a été la plus rapide à réagir, amère. «Merci à tous d'avoir enterré l'athlétisme», a-t-elle déclaré à l'agence TAS, en dénonçant une décision «purement politique».

«Oui, nos espoirs se sont envolés», a-t-elle ensuite ajouté sur le réseau social Instagram. «Que tous ces sportifs étrangers +propres+ poussent un soupir de soulagement et gagnent en notre absence leurs pseudo-médailles d'or», a-t-elle conclu, alors qu'elle avait fait le déplacement en Suisse pour tenter de convaincre le TAS d'accepter l'appel de la Russie.

La porte-parole de la diplomatie russe, Maria Zakharova, a de son côté dénoncé «un coup de poignard non seulement pour nous, mais pour tout le sport mondial».

«Ceux qui ont fait ça, notamment Washington, c'est criminel. C'est en quelque sorte un nouveau type de crime, je pense qu'on peut appeler ça un crime contre le sport», a-t-elle ajouté au cours d'une conférence de presse.

Exclusion collective

Les 68 athlètes russes, soutenus par le Comité olympique russe (ROC), avaient demandé à participer aux jeux Olympiques de Rio (5-21 août) après avoir été suspendus par la Fédération internationale d'athlétisme (IAAF).

L'exclusion collective des athlètes russes avait été prononcée le 17 juin par l'IAAF suite aux accusations de dopage organisé visant la Russie.

Seules deux athlètes, la sauteuse en longueur Darya Klishina et Ioulia Stepanova (800 m), repêchées par l'IAAF, peuvent participer aux JO.

Le pays risque par ailleurs d'être totalement exclu des JO-2016 après la publication en début de semaine du rapport McLaren, qui a démontré l'existence d'un système de dopage organisé par l'Etat russe, avec le soutien actif des services secrets, de 2011 à 2015, dans 30 sports. (nxp/afp)

(NewsXpress)

Ton opinion