Actualisé 01.09.2015 à 12:45

Cinéma

Mostra de Venise: le glamour entre en scène

Le coup d'envoi de la 72e édition du plus ancien festival de cinéma au monde sera donné ce mercredi.

1 / 10
Le coup d'envoi de cette 72e édition de ce festival, entre glamour des stars sur le tapis rouge et films aux prises avec l'histoire ou l'actualité, sera donné par sa marraine, l'actrice italo-égyptienne Elisa Sednaoui. (2 septembre 2015)

Le coup d'envoi de cette 72e édition de ce festival, entre glamour des stars sur le tapis rouge et films aux prises avec l'histoire ou l'actualité, sera donné par sa marraine, l'actrice italo-égyptienne Elisa Sednaoui. (2 septembre 2015)

Keystone
Le coup d'envoi de cette 72e édition de ce festival, entre glamour des stars sur le tapis rouge et films aux prises avec l'histoire ou l'actualité, sera donné par sa marraine, l'actrice italo-égyptienne Elisa Sednaoui. (2 septembre 2015)

Le coup d'envoi de cette 72e édition de ce festival, entre glamour des stars sur le tapis rouge et films aux prises avec l'histoire ou l'actualité, sera donné par sa marraine, l'actrice italo-égyptienne Elisa Sednaoui. (2 septembre 2015)

Keystone
Le coup d'envoi de cette 72e édition de ce festival, entre glamour des stars sur le tapis rouge et films aux prises avec l'histoire ou l'actualité, sera donné par sa marraine, l'actrice italo-égyptienne Elisa Sednaoui. (2 septembre 2015)

Le coup d'envoi de cette 72e édition de ce festival, entre glamour des stars sur le tapis rouge et films aux prises avec l'histoire ou l'actualité, sera donné par sa marraine, l'actrice italo-égyptienne Elisa Sednaoui. (2 septembre 2015)

Keystone

Un peintre danois qui devient femme, le musée du Louvre sous l'Occupation, un chasseur de nazi septuagénaire, une famille de tueurs argentins, un remake du cultissime «La piscine»: les cinéphiles devraient être comblés lors de la Mostra de Venise, qui s'ouvre ce mercredi 2 septembre.

Le coup d'envoi de la 72e édition du plus ancien festival de cinéma au monde sera donné par sa marraine, l'actrice italo-égyptienne Elisa Sednaoui, entre glamour des stars sur le tapis rouge et films aux prises avec l'histoire ou l'actualité.

Le traditionnel Lion d'Or sera décerné le 12 septembre parmi les 21 longs-métrages en compétition, par un jury présidé cette année par le réalisateur mexicain Alfonso Cuaron («Gravity»).

A ses côtés: l'actrice allemande Diane Kruger, sa consoeur américaine Elizabeth Banks, mais aussi l'écrivain et scénariste français Emmanuel Carrère, le réalisateur taïwanais Hou Hsiao-hsien et le metteur en scène turc Nuri Bilge Ceylan.

Avec Johnny Depp

C'est «Everest», un film à grand spectacle avec Jake Gyllenhaal, Josh Brolin et Emily Watson qui ouvrira cette année les festivités sur le Lido après le succès l'an dernier de «Birdman» d'Alejandro Gonzalez Inarritu, Oscar du meilleur film en 2015.

Vendredi, Johnny Depp (hors concours pour «Black Mass») foulera le tapis rouge, accompagné de sa femme l'ex-mannequin Amber Heard, en compétition pour le très attendu «The Danish girl», sur la transformation en femme d'un peintre danois dans les années 20, du réalisateur Tom Hooper, oscarisé pour «Le discours d'un roi».

Le jeune Anglais Eddie Redmayne (Oscar du meilleur acteur en 2015 pour «Une merveilleuse histoire du temps») fera également le voyage à Venise pour «The Danish Girl», de même que ses compatriotes Ralph Fiennes et Tilda Swinton, ensemble dans «A bigger splash» de Luca Guadagnino, remake de «La piscine». On annonce aussi la présence de Mark Ruffalo et Stanley Tucci pour «Spotlight» de Thomas McCarthy (hors compétition).

Problèmes techniques

En revanche, la venue très attendue de Robert de Niro, Leonardo di Caprio et Brad Pitt, qui devaient être tous trois réunis pour jouer leur propre rôle dans un court-métrage promotionnel de Martin Scorsese («The Audition»), n'aura pas lieu, le film ne pouvant être projeté à temps pour des problèmes techniques.

Chez les Français en compétition, on attend Juliette Binoche et Lou de Laâge, dans «L'attesa» de Piero Messina, Fabrice Lucchini dans «L'hermine» de Christian Vincent et Dominique Frot dans «Marguerite» de Xavier Giannoli.

Actualité et histoire ont largement inspiré les réalisateurs en lice cette année, avec le long-métrage très attendu d'Amos Gitaï, «Rabin, the last day», qui raconte la journée du 4 novembre 1995, dernier jour du Premier ministre israélien Yitzhak Rabin, assassiné à Tel-Aviv à la fin d'une manifestation en faveur de la paix.

Le Russe Alexander Sokurov (Lion d'or en 2011 pour «Faust»), après avoir séduit avec son documentaire sur le musée de l'Hermitage à Saint-Pétersbourg, a choisi cette fois-ci le décor du Louvre, sous l'Occupation, pour tourner son très prometteur «Francofonia».

Chasse au nazi

Dans «Remember», le Canadien Atom Egoyan s'est approprié quant à lui l'histoire d'un homme âgé (Christopher Plummer) qui part aux Etats-Unis se venger après avoir découvert que le nazi qui a assassiné sa famille y vit sous une fausse identité.

Le cinéma latino-américain ne sera pas en reste: dans «Desde allà», le Vénézuélien Lorenzo Vigas évoque les penchants pédophiles et homosexuels d'un patron de société pharmaceutique quinquagénaire, tandis que «El Clan» de l'Argentin Pablo Trapero, qui fait déjà un carton dans son pays, raconte l'histoire vraie de la famille Puccio, spécialisée dans les enlèvements et les meurtres dans les années 1980. (afp)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!