Actualisé 29.01.2011 à 08:44

Soulèvement en Egypte

Moubarak reste avec un nouveau gouvernement

Le président égyptien Hosni Moubarak a annoncé de «nouvelles mesures» pour la démocratie au quatrième jour de manifestations anti-gouvernementales sans précédent.

Le président égyptien Hosni Moubarak a annoncé dans une allocution télévisée vendredi dans la nuit la formation d'un nouveau gouvernement dès samedi et promis des réformes, après quatre jours de violentes manifestations anti-gouvernementales ayant fait au moins 27 morts.

Il s'agissait de sa première allocution publique depuis le début mardi du mouvement de protestation le plus important depuis son arrivée au pouvoir il y a trente ans.

Vendredi des centaines de milliers de manifestants ont réclamé son départ à travers tout le pays et des heurts avec les forces de l'ordre ont fait 20 morts, treize à Suez, à l'est du Caire, cinq au Caire et deux à Mansoura, dans le delta du Nil.

Le président égyptien, âgé de 82 ans, a déclaré avoir demandé au gouvernement «aujourd'hui de démissionner», affirmant qu'il allait mettre en place un nouveau gouvernement samedi.

Mesures sociales

Il a promis «de nouvelles mesures pour endiguer le chômage, augmenter le niveau de vie, développer les services et soutenir les pauvres».

Peu après cette intervention, le président américain Barack Obama a annoncé s'être entretenu par téléphone avec son homologue égyptien pendant 30 minutes.

«Je lui ai dit qu'il avait pour responsabilité de donner un sens à ces mots. Je lui ai dit de prendre des mesures concrètes pour tenir ses promesses», a indiqué M. Obama dans une déclaration à ses concitoyens. Il a également appelé les autorités à «s'abstenir d'utiliser la violence contre les manifestants pacifiques».

Vendredi devant l'ampleur des manifestations, M. Moubarak a demandé à l'armée, épine dorsale de son régime, de faire respecter la sécurité avec la police qui a semblé débordée par la mobilisation populaire sans précédent.

Couvre-feu

Le couvre-feu a été décrété au Caire, à Alexandrie (nord) et à Suez (est) entre 18H00 (16H00 GMT) à 07H00 (05H00 GMT), et ce jusqu'à nouvel ordre.

En soirée, des soldats lançaient des signes de victoire à des milliers de manifestants ayant bravé le couvre-feu dans la capitale et des policiers serraient la main de manifestants, selon un journaliste de l'AFP.

Toujours au Caire, un peu plus tôt, les manifestants ont mis le feu au siège du Parti national démocrate (PND), au pouvoir. Dans la journée, ils avaient incendié deux commissariats de la capitale.

M. Moubarak s'est appuyé pendant près de 30 ans sur un redoutable appareil policier et un système dominé par un parti qui lui est entièrement dévoué.

Dans la matinée, dès la fin des prières musulmanes, des milliers de personnes sont descendues dans la rue pour ce «vendredi de la colère», à l'appel du Mouvement du 6 avril, un groupe de jeunes pro-démocratie.

Aux cris d'«A bas Hosni Moubarak» et «le peuple veut la chute du régime», les manifestations se sont étendues à tout Le Caire, une métropole de 20 millions d'habitants, et ont gagné les principales villes du pays.

L'opposant le plus en vue, Mohamed ElBaradei l'ex-chef de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) qui s'est dit prêt à mener une transition au pouvoir après un éventuel départ de M. Moubarak, et les Frères musulmans (opposition), ont participé aux manifestations. A Mansoura, certains imams ont appelé à «sortir et demander le changement».

Inquiétude à l'étranger

Les signes d'inquiétude se sont multipliés à l'étranger devant ce mouvement qui s'est inspiré de la «révolution du jasmin» ayant chassé le président Zine El Abidine Ben Ali de Tunisie.

La diplomate en chef de l'Union européenne, Catherine Ashton, a appelé à la libération «immédiate et sans condition» des manifestants arrêtés. Londres, Berlin, Paris, Rome et Stockholm ont demandé à M. Moubarak d'autoriser les «manifestations pacifiques», ou appelé à «la retenue» et «au dialogue».

Ces évènements on incité certaines compagnies aériennes à suspendre leurs vols de et vers l'Egypte. C'est le cas de l'américaine Delta Air Lines et de British Airways. D'autres se sont contentées pour l'instant de ne supprimer que les vols progrqammés durant le couvre-feu.

L'internet et les services de téléphonie mobile, qui ont joué un rôle-clé dans la mobilisation populaire, étaient coupés dans le pays. Une première par son ampleur pour l'internet, selon des experts.

Le discours d'apaisement de Hosni Moubarak

L'armée a été appelé en renfort

(afp)

Situation samedi matin

Des milliers de manifestants hostiles au régime du président Hosni Moubarak ont commencé à se rassembler samedi matin dans le centre du Caire, a constaté un journaliste de l'AFP.

L'armée égyptienne, appelée vendredi en renfort de la police débordée par les manifestations qui secouent le pays depuis mardi, a pris position aux principaux carrefours et près des bâtiments officiels.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!