Révolte en Egypte: Moubarak s'accroche au pouvoir
Actualisé

Révolte en EgypteMoubarak s'accroche au pouvoir

Alors que le peuple égyptien appelle à sa démission, le président Hosni Moubarak a déclaré qu'il renonçait à se représenter pour un nouveau mandat en septembre.

Plus d'un million de personnes sont descendues mardi dans les rues des villes d'Egypte pour réclamer le départ du pouvoir de Hosni Moubarak. Sous la pression, le président égyptien a annoncé mardi soir qu'il renonçait à se représenter à l'élection présidentielle de septembre.

«Je ne comptais pas me présenter à un nouveau mandat présidentiel», a déclaré M. Moubarak, dans un discours officiel à la télévision d'Etat. Jusqu'en septembre, date prévue des présidentielles, il veut préparer la transition. La stabilité du pays est une condition de ce transfert du pouvoir, a-t-il dit.

«Le Hosni Moubarak qui vous parle aujourd'hui est fier du bilan de ses années au service de l'Egypte et de son peuple», a ajouté le chef de l'Etat, qui a exclu de quitter le pays après la fin de son mandat. «Ce n'est pas dans ma nature d'abandonner mes responsabilités», a encore souligné M. Moubarak.

Le président égyptien, au pouvoir depuis 30 ans, s'exprimait pour la première fois depuis vendredi, alors qu'il avait annoncé un remaniement de son gouvernement. Plus tôt mardi, l'émissaire de la Maison Blanche Frank Wisner avait rencontré M. Moubarak et lui avait demandé, au nom du président américain, de renoncer à un nouveau mandat.

«Nous ne partirons pas»

Le discours du président égyptien n'a cependant pas convaincu ses détracteurs, rassemblés encore en masse dans le centre du Caire mardi en fin de soirée. Ils ont de nouveau exigé le départ immédiat de M. Moubarak.

«Nous ne partirons pas! Vendredi après-midi, nous serons au palais!», ont-il repris en coeur. Ils évoquaient le défilé baptisé «vendredi du départ» qui doit avoir lieu ce jour-là pour réclamer la démission du chef de l'Etat.

«Ton dernier jour»

La «marche d'un million» de mardi était la plus importante mobilisation en huit jours de contestation contre le président égyptien. L'armée s'étant engagée à ne pas tirer sur les manifestants, hommes, femmes et enfants ont envahi les rues, dans une atmosphère festive. Aucun incident violent n'a été enregistré.

Plus de 200'000 personnes se sont massées sur la place Tahrir, dans le centre du Caire. A Alexandrie, des centaines de milliers de personnes se sont rassemblées devant la mosquée Qaëd Ibrahim et la gare ferroviaire. On pouvait entendre monter de la foule des slogans comme «Moubarak, réveille-toi, c'est ton dernier jour!»

(afp)

Ton opinion