Moutier pour capitale
Actualisé

Moutier pour capitale

La ville de Moutier (BE) serait la capitale d'un nouveau canton formé du Jura et du Jura bernois.

Cette commune a été préférée à Delémont par l'Assemblée interjurassienne dans le cadre de son étude sur une nouvelle entité de 120.000 habitants.

«Cette décision n'a pas été prise à l'unanimité des délégations jurassienne et bernoise mais à une forte majorité», a annoncé vendredi le président de l'Assemblée interjurassienne (AIJ) Serge Sierro. La ville de Moutier, dirigée par le maire autonomiste Maxime Zuber, abriterait donc le gouvernement, le parlement et l'administration.

Delémont recalée

La capitale de ce nouveau canton devait être reliée au réseau national de communications et être accessible rapidement et facilement depuis le reste de la Suisse, a précisé Serge Sierro. La possibilité d'accueillir en termes d'infrastructures les autorités et l'administration ont également été des critères déterminants.

Après discussions, l'AIJ a retenu deux villes: Delémont et Moutier. Bellelay (BE) et Tavannes (BE) ont été écartés. Lors du vote final, des considérations historiques et politiques ont joué en faveur de Moutier. «Nous avons voulu concrétiser un esprit d'ouverture», a souligné le président de l'AIJ.

Mandatée par la Confédération et les cantons de Berne et du Jura pour résoudre pacifiquement le conflit jurassien, l'AIJ conduit une étude sur l'avenir institutionnel de cette région. Elle suit trois pistes: un nouveau canton, les effets du statut particulier accordé par le canton de Berne à sa partie francophone et d'autres pistes. Le rapport final est attendu pour octobre.

Choix critiqué

Mais cette décision suscite déjà de vives critiques. «Pour les Jurassiens bernois qui souhaitent rester dans le canton de Berne, ce choix est choquant et révélateur du peu d'égard des Jurassiens du Nord face à la population du Jura bernois», s'insurge Sylvain Astier, de la délégation bernoise à l'AIJ.

«Prendre Moutier comme capitale revient à avaliser l'annexion du Jura bernois au canton du Jura», affirme Sylvain Astier. Sans surprise, le maire autonomiste de Moutier est d'un tout autre avis: «C'est un geste symbolique fort». M. Zuber estime que ce choix pourrait jouer un rôle positif lors d'une future consultation populaire.

Maire de Delémont, Gilles Froidevaux qualifie cette piste d'intéressante. «Je comprends que l'on fasse cette proposition pour séduire le Jura bernois». M. Froidevaux estime toutefois que l'influence de l'actuel chef-lieu jurassien demeurera dans un canton de six communes quel que soit son statut.

L'annonce du nom de la capitale a occulté d'autres décisions. La ville de Porrentruy (JU) conserverait le tribunal cantonal et la cour constitutionnelle. La création du canton impliquerait aussi l'adoption de nouvelles armoiries. En d'autres termes, l'actuel drapeau jurassien serait abandonné.

Sacrifices

Conserver le chef-lieu jurassien comme capitale aurait sans doute braqué la majorité de la population du Jura bernois contre ce projet ambitieux. Avec ce choix, l'AIJ rejoint aussi la volonté des autorités jurassiennes et du Mouvement autonomiste jurassien qui préconisent un partage de la souveraineté.

Il en faudra sans doute davantage pour convaincre le Jura bernois de rejoindre le canton du Jura. La question de la fiscalité pourrait alors jouer un rôle décisif. Reste également à savoir si les Jurassiens sont prêts à faire d'autres sacrifices que celui qui consiste à céder leur capitale. (ats)

Ton opinion