Inde: Mouvement de panique: 147 pèlerins perdent la vie

Actualisé

IndeMouvement de panique: 147 pèlerins perdent la vie

Au moins 147 pèlerins hindous sont morts lors d'une bousculade dans un temple de l'Etat du Rajasthan, dans l'ouest de l'Inde.

De tels drames sont fréquents dans les lieux de culte du pays bondés et où les mesures de sécurité sont quasiment inexistantes.

L'accident s'est produit mardi matin dans la ville de Jodhpur, au temple de Chamunda, situé dans l'enceinte d'un fort au sommet d'une colline. Au moins 25 000 fidèles étaient rassemblés, parmi lesquels bon nombre de femmes.

Un témoin a déclaré que le mouvement de panique avait débuté quand les autorités ont tenté d'empêcher des pèlerins d'accéder au temple pour laisser passer des personnalités.

Effondrement d'un mur

Les autorités locales ont livré une autre version. Le secrétaire à l'Intérieur pour l'Etat du Rajasthan, S.N. Thanvi, a expliqué qu'un mur de l'édifice s'était effondré, tuant plusieurs fidèles avant de provoquer un mouvement de panique et une bousculade. Des gens ont été piétinés et sont morts écrasés et asphyxiés.

«Nous conduirons une enquête et si nous découvrons des négligences, des sanctions seront prises», a assuré le ministre de l'Intérieur du Rajasthan, Gulab Chand Kataria.

Le Premier ministre du Rajasthan, Vasundhra Raje, s'est pour sa part rendu au temple dans l'après-midi et a annoncé des dons de 200 000 roupies (4600 francs) pour chaque parent d'un défunt et 50 000 roupies pour chacun des blessés.

Les autorités locales ont fait état d'un bilan de 147 morts. En outre, au moins 150 personnes ont été blessées, dont certaines grièvement.

Fête pour la nouvelle année

Une correspondante de l'AFP a vu des fidèles transportant des cadavres vers des véhicules de la police et d'autres tentant désespérément de ranimer leurs proches.

«J'allais rejoindre un ami ce matin pour la prière mais j'étais un peu en retard», a raconté encore sous le choc un étudiant de Jodhpur. «Quand je suis arrivé, c'était le chaos, les gens courant dans tous les sens. J'ai fini par retrouver mon ami qui avait perdu connaissance mais sans être grièvement blessé», a-t-il témoigné.

L'Inde, peuplée de 1,1 milliard d'habitants dont 80 % d'hindous et 14 % de musulmans, est en pleins préparatifs pour la grande fête hindoue des lumières, Diwali le 28 octobre, qui marque la nouvelle année selon le calendrier religieux.

Pas de cordon de sécurité

En période de festivités, les accidents dans les temples sont fréquents car il n'y a en général même pas de cordon de sécurité pour endiguer les foules et leur permettre de faire la queue.

La bousculade de Jodhpur est la quatrième du genre cette année en Inde. Début août, 150 hindous étaient morts écrasés dans les mêmes conditions dans un temple de l'Etat septentrional de l'Himachal Pradesh après une panique déclenchée par des rumeurs d'un glissement de terrain dans cette région des contreforts de l'Himalaya.

La bousculade la plus meurtrière remonte à janvier 2005 lors d'un pèlerinage hindou à Satara, à 300 kilomètres au sud de Bombay, qui avait tué 257 personnes. (ats)

Ton opinion