Suisse: Müller Martini biffe un poste sur quatre
Actualisé

SuisseMüller Martini biffe un poste sur quatre

La société argovienne de matériel d'impression et de reliure Müller Martini supprime 550 postes dans le monde. Une partie de la restructuration concerne la Suisse.

La restructuration de Müller Martini menace 330 des 1335 postes de la société en Suisse, soit un employé sur quatre. L'usine de Felben-Wellhausen (TG) sera notamment fermée et 250 de ses 339 salariés seront licenciés.

L'entreprise espère pouvoir transférer une cinquantaine des personnes touchées par la fermeture de son site thurgovien vers son siège de Zofingue (AG). Par ailleurs, 50 postes sont menacés à Zofingue, 20 à Hasle (LU) et 10 à Stans (NW).

Le chiffre d'affaires de Müller Martini a plongé de plus de 60% ces quatre dernières années et la situation s'est encore détériorée fin 2012, a indiqué l'entreprise jeudi dans un communiqué.

Les autorités et les syndicats ont été informés de ces mesures et des discussions sont en cours avec les représentants du personnel, a-t-elle précisé. La période de consultation court jusqu'au 14 août, a indiqué l'entreprise contactée par l'ATS.

Plusieurs centaines de millions de pertes

En quatre ans, le chiffre d'affaires du numéro un du marché en Suisse est passé de plus d'un milliard de francs à moins de 450 millions. Pour l'exercice en cours, Müller Martini s'attend à des ventes atteignant à peine 400 millions de francs, selon le communiqué.

«Les pertes se sont chiffrées à plusieurs centaines de millions ces dernières années, et ce malgré diverses mesures d'ajustement et de réduction des coûts», a indiqué le directeur de la société Bruno Müller. «Notre entreprise familiale ne peut malheureusement plus assumer cette charge», a-t-il ajouté.

Cette restructuration vise à assurer la survie du groupe et sa position future sur le marché de la branche graphique, actuellement en recul au niveau mondial.

L'industrie graphique s'est en effet fondamentalement transformée ces dernières années, a indiqué la société. La crise économique mondiale a accéléré la réorientation structurelle vers les médias numériques, a-t-elle souligné. Avec une diminution du nombre d'imprimeries, la base de clients a considérablement baissé.

L'entreprise destine par ailleurs 90% de sa production à l'exportation. Le franc fort a ainsi lourdement pesé sur les marges bénéficiaires.

Syndicats amers

Les syndicats ont amèrement regretté la décision de Müller Martini. Pour Employés Suisse, l'entreprise ne s'est pas diversifiée à temps et les précédentes mesures d'économie, comme la réduction du temps de travail dans toutes les usines, n'ont pas suffi à éviter ces licenciements.

«De nombreux collaborateurs qui avaient déjà dû renoncer à une partie de leur revenu perdent aujourd'hui leur place», a déploré le syndicat dans un communiqué.

Müller Martini a déjà taillé plusieurs fois dans ses effectifs par le passé, rappelle de son côté Syna. En 2009, la société avait en effet supprimé des emplois à trois reprises, 60 en avril, 150 en mai et une centaine en novembre.

Premiers licenciements fin août

Syna a cependant salué la volonté de l'entreprise d'ouvrir le dialogue avec les partenaires sociaux et le personnel. Le nombre de licenciements doit être réduit autant que possible, ont déclaré les deux syndicats.

Müller Martini dispose d'un plan social valable jusqu'à la fin de l'année, mais qui doit être adapté à une éventuelle fermeture du site de Felben, ont-ils ajouté. Les discussions devraient s'étendre sur 18 mois.

Il faut s'attendre à de premiers licenciements dès la fin du mois d'août, a encore noté Syna. (ats)

Ton opinion