Mugabe festoie et le Zimbabwe coule

Actualisé

Mugabe festoie et le Zimbabwe coule

Le président du Zimbabwe Robert Mugabe a fêté samedi, avec faste et pour plus d'un million de dollars, son 83ème anniversaire.

Les festivités, rassemblant des milliers de personnes, ministres, diplomates et membres du parti au pouvoir dans un stade de Gweru (centre), intervenaient à l'issue d'une semaine de tensions, les autorités interdisant des manifestations dans la capitale Harare suite à des escarmouches entre opposants et forces de l'ordre dimanche dernier.

«Il n'y aura jamais de changement de régime», a tonné Mugabe au cours d'une allocution diffusée en direct à la radio. «Le peuple du Zimbabwe sera toujours aux commandes».

Au pouvoir depuis l'indépendance en 1980, Mugabe envisage de prolonger son mandat présidentiel d'encore deux ans et accuse le Mouvement pour le changement démocratique (MCD, principal parti d'opposition) d'être à la solde de la Grande-Bretagne, l'ancienne puissance coloniale.

Le Zimbabwe fait l'objet de sanctions de l'Union européenne, que Mugabe a rendues responsables de la profonde crise économique qui a plongé le pays dans la misère.

L'hyper-inflation, qui atteint désormais 1.600%, est la pire au monde, assortie d'un cortège de pénuries d'essence, d'électricité,médicaments... Et cette semaine, il y a même eu pénurie de pain dans les magasins d'Harare. La production agricole de ce pays hier grenier à blé de la région a chuté de plus de 40% en six ans, depuis le programme controversé de saisie des terres exploitées par les blancs mené par le régime.

Médecins et infirmières des quatre principaux hôpitaux de Harare et Bulawayo sont en grève depuis désormais huit semaines, et le reste de la fonction publique menace de suivre. Le principal syndicat du pays a appelé à deux jours de grève pour début abril.

Selon l'UNICEF, un enfant zimbabwéen sur quatre est orphelin et plus de deux millions sont dénutris. Et selon la Banque mondiale, il faudra plus de 20 ans pour que l'économie du pays retrouve son niveau des années 80.

Il n'empêche, Mugabe a reçu des cadeaux somptueux, dont une voiture de luxe de la part de l'ambassadeur de Chine, ou encore un crocodile empaillé long de quatre mètres et mort à 50 ans, destiné à symboliser la «maturité, la sagesse distillée et accumulée et l'autorité majestueuse», selon les membres du gouvernement auteurs du présent. (ap)

Ton opinion