Affaire du MàD : Muller aura 437'000 fr. en cas de démission
Actualisé

Affaire du MàD Muller aura 437'000 fr. en cas de démission

Le conseiller d'Etat genevois, Mark Muller, fragilisé depuis son altercation avec un barman pendant le Réveillon, pourrait partir avant la fin de son mandat. Il renoncerait alors à une prime à vie.

Partira, partira pas? La question de la démission de Mark Muller, conseiller d'Etat en charge des constructions et des technologies de l'information (DCTI), est sur les lèvres de toute la classe politique genevoise. Une chose est sûre, sa décision de rester ou de s'en aller aura des conséquences financières pour lui.

Selon la «Tribune de Genève», qui s'est amusée à calculer les différents cas de figure, Mark Muller touchera une indemnité de départ de 437'000 francs s'il décide de quitter son poste à court terme. En revanche, il tirerait un trait sur une pension à vie, qui s'élèverait, dans son cas précis, à une rente annuelle de 100'000 francs. Il percevra cette somme à l'unique condition de terminer son mandat, en 2013 au plus tôt.

Le chef du DCTI a seul le pouvoir de démissionner. Mais son parti, tout comme le Conseil d'Etat, a annoncé qu'il lui demanderait des comptes pour connaître la nature de l'arrangement qui a mené à l'abandon des poursuites pénales contre lui.

(20 minutes)

Ton opinion