Brésil: Municipales réussies pour le parti de Lula
Actualisé

BrésilMunicipales réussies pour le parti de Lula

Le parti du président brésilien Luiz Inacio «Lula» da Silva a remporté six capitales provinciales dès le premier tour des élections municipales dimanche. Il a cependant réalisé un score décevant à Sao Paulo.

Le Parti des Travailleurs (PT) a conquis six des 27 capitales régionales et figurera au second tour dans trois autres grandes villes le 26 octobre. Il dirige désormais huit capitales d'Etat.

Le PT a cependant fait moins bien qu'attendu à Sao Paulo, la plus grande ville du pays, où sa candidate Marta Suplicy a recueilli 32,5% des suffrages contre 33,7% au maire conservateur sortant, Gilberto Kassab, selon des résultats diffusés après dépouillement de 95% des bulletins. La dernière étude d'avant scrutin, jeudi, donnait neuf points d'avance à Suplicy.

Le parti de «Lula» a d'ores et déjà acquis les villes de Recife et Fortaleza dans le nord-ouest, de Vitoria dans le sud-est, et de Palmas, Porto Velho et Rio Branco dans le nord du pays.

Bons scores

Les dirigeants du parti ont affirmé avoir enregistré de bons scores dans les villes moyennes ou petites et se sont félicités de ces résultats. «Nous sommes satisfaits. C'est notre meilleure performance jusqu'à présent (dans des élections municipales)», a déclaré à Reuters Paulo Ferreira, trésorier du PT.

Plus de 128 millions de Brésiliens ont voté dimanche pour élire, pour quatre ans, les maires et conseillers municipaux des 5563 municipalités du pays.

Le scrutin s'est déroulé sous la surveillance de l'armée qui s'est déployée dans 460 villes. A Rio de Janeiro, 5600 militaires et 27 000 policiers ont été mobilisés pour sécuriser les trente principales favelas tenues par des trafiquants de drogue ou des miliciens para-militaires.

Deux incidents graves

Deux incidents graves se sont néanmoins déroulés, dont un dans une favela de la banlieue nord de Rio. Selon la chaîne de télévision O Globo, trois trafiquants présumés ont été tués lors d'une fusillade avec la police. D'autre part, dans l'Etat du Maranhao, des échanges de coups de feu entre des groupes politiques rivaux se sont soldés par trois morts.

Avant ces élections, le PT dirigeait 17 des 79 plus grandes villes du Brésil. Une bonne performance le mettrait dans des conditions idéales avant les élections générales de 2010, qui verront «Lula» quitter la présidence après deux mandats, comme l'y oblige la constitution.

Fort du redressement économique du Brésil, «Lula» est apprécié par 80% des Brésiliens, à en croire un sondage diffusé le mois dernier. Il n'a toujours pas adoubé de successeur mais les analystes soulignent que son parti pourrait pâtir de son manque de personnalités charismatiques lors des prochaines échéances électorales. (ats)

Ton opinion