Europa League: Murat Yakin: «Les miracles font partie du football»
Actualisé

Europa LeagueMurat Yakin: «Les miracles font partie du football»

Avant de prendre l'avion pour Londres où son équipe défiera jeudi soir Chelsea pour une place en finale de l'Europa League, l'entraîneur du FC Bâle Murat Yakin s'est confié à la presse, à l'aéroport de Bâle-Mulhouse.

par
Marc Fragnière
Bâle
Murat Yakin est optimiste.

Murat Yakin est optimiste.

Murat Yakin, la cruelle défaite 1-2 à l'aller a fortement compromis vos chances d'accéder à la finale de l'Europa League. Comment abordez-vous ce match retour ?

«On va entrer dans le match avec entrain, motivation et avec la conviction que ça va être dur, mais que nous avons la possibilité de réaliser quelque chose de bien.»

Comment allez-vous motiver vos joueurs pour cette rencontre périlleuse ?

«Mes joueurs n'ont pas besoin d'être motivés. Ils savent qu'ils n'ont rien à perdre et que pour atteindre la finale, il leur faudra prendre des risques et réaliser une performance de tout premier ordre.»

Après le curieux revers 0-3 contre Lucerne, dimanche en championnat, comment s'est passée la préparation de la rencontre contre Chelsea ?

«On n'a rien fait de très spectaculaire. On est allé faire un petit tour à vélo en ville puis on a analysé les erreurs du dernier match afin de les corriger.»

Avec la tournure défavorable qu'ont pris les événements lors du match aller, il faudra un miracle pour que Bâle s'invite en finale. Y croyez-vous ?

«Les miracles font partie du football. Il suffit de voir ce qui s'est passé hier soir, lorsque le Real a marqué deux goals coup sur coup et changé complètement la physionomie de la partie.(ndlr : Battu 4-1 à l'aller à Dortmund, le Real s'est rebiffé au retour en inscrivant deux goals en fin de rencontre. Les Madrilènes ont toutefois été éliminés 4-3 sur l'ensemble des deux parties). Pour notre part on sait qu'on doit gagner si l'on veut se qualifier. On sait également qu'en face de nous se présentera une équipe de Chelsea très très forte défensivement. Rien ne nous sera donné. A nous de bien jouer et de voir ce qu'il adviendra de notre destin européen.»

Ton opinion