Actualisé 10.07.2013 à 12:37

Grande-BretagneMurdoch convoqué par les parlementaires

Le magnat des médias Rupert Murdoch devra être de nouveau entendu dans le cadre du scandale d'écoutes illégales qui a secoué la Grande-Bretagne.

Rupert Murdoch n'en a pas fini avec la justice.

Rupert Murdoch n'en a pas fini avec la justice.

Une commission parlementaire britannique a annoncé son intention de convoquer encore une fois le magnat des médias Rupert Murdoch, empêtré dans un scandale d'écoutes et de pots-de-vin, à propos cette fois de commentaires sur l'attitude «lamentable» de la police.

Un porte-parole de la commission multipartite de la Culture, des Médias et des Sports, a précisé mardi que l'audition se déroulerait probablement à l'automne, à une date qui reste à déterminer.

«M. Murdoch salue cette opportunité de revenir devant la commission et de répondre à ses questions. Il est désireux de dissiper toutes les idées fausses aussi vite que possible», a indiqué un porte-parole du groupe News Corporation.

Déjà entendu

Le patron de presse de 82 ans avait déjà été entendu par les parlementaires en 2011, au plus fort du scandale suscité par les agissements de son titre phare londonien, le tabloïd dominical «News of the World» (NotW), sabordé depuis lors.

Les députés veulent l'interroger sur des propos tenus à des journalistes du Sun, son fleuron populaire au Royaume-Uni, secrètement enregistrés avant d'être divulgués début juillet.

Dans l'enregistrement, on peut entendre Rupert Murdoch estimer que son groupe a commis «une erreur» en donnant quantité d'informations aux policiers chargés d'enquêter sur les centaines d'écoutes pratiquées par le «NotW» et l'achat d'informations à des policiers et officiels.

«C'est lamentable. Voilà où l'on se retrouve, deux ans après, et les flics sont totalement incompétents», assure-t-il notamment.

Le ton acerbe contraste avec l'attitude «humble» et repentante affichée par M. Murdoch lors de sa première déposition devant les députés britanniques.

Rapport accablant

La commission parlementaire a publié en mai 2012 un rapport accablant, jugeant que le patriarche n'était pas apte à diriger un groupe international de presse.

Des dizaines de journalistes et quelques officiels ont été interpellés dans le cadre du scandale des écoutes, qui donnera lieu à un retentissant premier procès en septembre. (afp)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!