Actualisé 30.09.2011 à 12:58

Ski alpin Murisier prend son mal en patience

Gravement blessé au genou, le skieur valaisan Justin Murisier (19 ans) a été opéré mercredi avec succès. Il s'est exprimé sur son accident et sur sa période de rééducation.

de
J.-Ph Pressl-Wenger, Martigny

C'est la faute de la météo. Si l'équipe de Suisse avait pu skier normalement sur le glacier de Zermatt la semaine dernière, personne n'aurait pris part au petit match de football qui a ponctué la séance de condition physique, organisée pour remplacer les manches sur neige. «J'avais le pied sur le ballon et j'étais en train de me tourner lorsque j'ai reçu un coup, a détaillé le jeune Bagnard. J'ai vraiment bien senti mon genou craquer». Si la gravité de sa blessure n'a pas tout de suite été établie, l'IRM passé le lendemain à l'Hôpital de Martigny n'a laissé aucun doute: déchirure du ligament croisé antérieur (LCA). Ce verdict a impliqué une intervention chirurgicale qui a été réalisée mercredi avec succès par le Professeur Olivier Siegrist à l'Hôpital de Martigny.

«J'essaye de rester positif»

«Entre le moment où je me suis blessé et le verdict de l'IRM, j'ai espéré que ce ne soit pas trop grave, a avoué Justin Murisier. Je me suis dit que le géant de Sölden était dans 4 semaines… » Malheureusement, l'espoir du ski helvétique ne pourra finalement rechausser les skis qu'en avril 2012. Si le chirurgien a estimé que l'athlète de Prarreyer a accueilli son malheur avec philosophie, le principal intéressé a voulu nuancer le propos. «Il ne faut pas croire que je sois content de cette blessure, a-t-il corrigé. Le soir, j'y réfléchis, j'y pense. Il y avait des courses dans le calendrier que j'avais cochées, à Crans-Montana par exemple. J'essaye de rester positif, mais c'est dur.»

Revenir plus fort

Le spécialiste des disciplines techniques a également tenu à relever que, même si le ski alpin reste une discipline individuelle, l'esprit d'équipe joue un grand rôle durant toute la saison. Les nombreux coups de téléphone de soutien que le triple médaillé des Mondiaux juniors a reçu de ses coéquipiers l'ont agréablement surpris. «J'ai aussi parlé avec Silvan Zurbriggen et deux ou trois autres qui ont été longuement blessé, histoire de savoir ce qui m'attendait, a encore détaillé Murisier. Aucun n'a connu de problème lors de leur retour. Au contraire, selon Zurbriggen, le corps peut récupérer durant les 6 mois de pause forcée et l'on revient plus fort qu'avant.»

En Australie pour apprendre l’anglais

Les trois mois à venir mettront la patience de Justin Murisier à rude épreuve. Deux séances de physiothérapie l’attenderont chaque jour. D’abord pour retrouver la mobilité de son genou, puis pour renforcer la musculature autour de l’articulation opérée. L’objectif reste de retrouver la neige en avril prochain. «Quand je vois la neige, j’ai toujours envie de tout de suite mettre les skis, a lâché le Valaisan. Pour éviter la tentation, je vais profiter de ma convalescence pour apprendre l’anglais. » Comme il l’a lui même avoué, il n’aime pas trop «ouvrir les bouquins». En conséquence, le Bagnard de 19 ans partira en janvier pour un séjour linguistique en Australie. «Je sais qu’ils ne montrent pas les courses de Coupe du monde à la télé, ça me fera moins envie, a souri le slalomeur. J’ai aussi envie de profiter de cette opportunité pour rencontrer d’autres personnes, hors du ski alpin. »

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!