US Open 2012: Murray qualifié pour la finale
Actualisé

US Open 2012Murray qualifié pour la finale

Andy Murray a battu Tomas Berdych en demi-finale de l'US Open en quatre sets (5-7 6-2 6-1 7-6). Il se qualifie ainsi pour la finale où il affrontera Novak Djokovic ou David Ferrer.

Andy Murray (No 3) disputera sa cinquième finale de Grand Chelem dimanche à l'US Open.

Le Britannique de 25 ans a dominé Tomas Berdych (No 6) 5-7 6-2 6-1 7-6 (9/7) en 3h58' dans la première demi-finale, qui avait démarré avec une heure et demie de retard à la suite des averses matinales et s'est surtout déroulée dans des conditions dantesques en raison du vent tempétueux balayant le stade Arthur Ashe. Une alerte à la tornade avait d'ailleurs été lancée en fin de matinée...

Le champion olympique 2012 tentera de conquérir enfin son premier titre majeur aux dépens de Novak Djokovic (No 2) ou David Ferrer (No 4). Assuré de ravir la 3e place mondiale à Rafael Nadal grâce à ce succès, il va tout faire pour éviter de détenir seul un triste record qu'il partage avec son coach. Andy Murray et Ivan Lendl sont en effet les deux seuls joueurs à avoir perdu leurs quatre premières finales de Grand Chelem au cours de l'ère Open, entamée en 1968.

Finaliste malheureux à New York en 2008, Andy Murray a nettement mieux géré le vent que son adversaire. L'Ecossais concédait certes le premier set, mais l'incident survenu dans le quatrième jeu n'y est peut-être pas étranger: il perdait en effet sa casquette après avoir distillé une amortie gagnante qui pouvait lui permettre d'effacer une balle de break alors qu'il menait 2-1. L'arbitre de chaise lui donnait le point, avant que Tomas Berdych n'affirme avoir été gêné. Le point était finalement rejoué, et remporté par le Tchèque qui recollait à 2-2.

Déconcentré, Andy Murray laissait filer une manche qu'il avait idéalement entamée. Il ne remit jamais sa casquette, mais retrouva ses esprits dès l'entame du deuxième set. Extrêmement appliqué, il dominait même les débats face à un Tomas Berdych peu inspiré (64 fautes directes) et surtout peu enclin à se battre. Le Britannique ne commettait que 9 fautes directes sur l'ensemble des trois derniers sets, contre 11 dans la seule première manche ! La baisse de régime qu'il connaissait dans le troisième set, où il manquait trois balles de 4-0 avant de voir le Tchèque recoller à 3-3, était sans conséquence.

(si)

Ton opinion