Lausanne: Musée du CIO: le prévenu reste en prison

Actualisé

LausanneMusée du CIO: le prévenu reste en prison

La Chambre pénale des recours du Tribunal cantonal vaudois a refusé de libérer H.G, l'employé de 49 ans suspecté d'avoir détourné 1,7 millions de francs de la boutique du Musée olympique durant dix ans.

par
Christian Humbert

L'avocate du prévenu a reçu lundi matin le refus du Tribunal cantonal (TC) de libérer ce Thaïlandais domicilié à Gland (Vaud) et détenteur d'un passeport suisse, qui a été arrêté le 15 novembre dernier. Les motifs invoqués: «l'usage des fonds détournés n'a pas encore pu être élucidé» et si H.G était remis en liberté, il risquerait «de ruiner les effets attendus de la commission rogatoire» ordonné par le procureur Eric Mermoud en Thaïlande.

L'employé indélicat avait quitté sa fonction en 2010 déjà. C'est son successeur qui a découvert la présumée fraude en septembre 2011.

Risques de faire disparaître des preuves

Selon le TC, il est fort probable que des fonds ont été transférés en Asie et il est aussi probable que si HG est libéré, il prendra contact depuis la Suisse pour faire disparaître des moyens de preuves ou pour influencer des témoins en Thaïlande.

Le seul moyen de parer au risque de collusion au stade actuel de l'enquête est de maintenir H.G en détention provisoire selon le président du tribunal. L'avocate du prévenu, Me Véronique Fontana, va désormais recourir au Tribunal fédéral pour faire sortir de prison son client dont elle n'imagine pas une seconde qu'il puisse quitter la Suisse, sa famille se trouvant sur les bords du Léman.

L'accusé dit avoir utilisé l'argent détourné alors qu'il gérait le kiosque à souvenirs du CIO pour payer les frais sanitaires de son père malade en Thaïlande. Problème, aux yeux des enquêteurs : ce parent est décédé en 2002. Or, la plupart des détournements sont intervenus après le décès.

Ton opinion