Mort de Skander à Bochuz(VD): Mutinerie à la prison du Bois-Mermet
Actualisé

Mort de Skander à Bochuz(VD)Mutinerie à la prison du Bois-Mermet

La mort d'un détenu en mars dernier au pénitencier de Bochuz (VD) continue à faire des vagues: une mutinerie a touché mardi la prison préventive du Bois-Mermet.

Skander était monté sur le toit des EPO en 2008.

Skander était monté sur le toit des EPO en 2008.

Une vingtaine de détenus de la prison du Bois-Mermet à Lausanne ont refusé de regagner leur cellule au terme de la promenade. Ils entendaient ainsi manifester leur solidarité avec la famille de la victime.

Après négociations et intervention de la police, la situation est rentrée dans l'ordre sans violence. Personne n'a été blessé, a communiqué la police cantonale vaudoise.

L'incident a débuté peu avant 8h. Près de 40 détenus se trouvaient alors dans la cour de la prison préventive. Au terme de la promenade, une vingtaine d'entre eux ont refusé de regagner leur cellule en signe de solidarité avec la famille du détenu, décédé le 11 mars dernier aux Etablissements de la plaine de l'Orbe (EPO).

Les agents de détention ont tenté à plusieurs reprises de négocier avec eux pour les faire rentrer dans la prison, mais en vain. En début d'après-midi, un détachement de gendarmes et de policiers de maintien de l'ordre, une quarantaine d'hommes au total, est intervenu dans l'enceinte de l'établissement. Le conseiller d'Etat Philippe Leuba, chef du département vaudois de l'intérieur, et le commandant de la police cantonale Jacques Antenen, se sont également rendus sur les lieux en début d'après-midi, pour contrôler les opérations.

A 16h30, au terme de nouvelles négociations, les détenus ont finalement regagné leur cellule sans aucune violence. Selon la police, la mutinerie s'est déroulée dans le calme. «Les détenus sont restés dans la cour, ils ont même joué au football», a expliqué à l'AP Jean-Christophe Sauterel, porte-parole de la police cantonale. On ne déplore aucun blessé. De tels événements sont plutôt rares dans les prisons vaudoises et ils ne sont pas tolérés, a ajouté le porte-parole. Comme d'autres établissements, la prison du Bois-Mermet souffre de surpopulation. Les gardiens se plaignent également de leurs conditions de travail. (ap)

Ton opinion