New York: N.W.A au panthéon du «Rock and Roll Hall of Fame»
Actualisé

New YorkN.W.A au panthéon du «Rock and Roll Hall of Fame»

Le groupe de hip hop issu de Compton s'est dit honoré d'être admis par l'institution.

Le groupe sur scène lors de la 31e cérémonie du Rock and Roll Hall of Fame.

Le groupe sur scène lors de la 31e cérémonie du Rock and Roll Hall of Fame.

photo: Reuters/Eduardo Munoz

Le groupe N.W.A, pionner du gangsta rap américain, a qualifié son succès de leçon pour la jeunesse lors de son entrée vendredi au Rock and Roll Hall of Fame. La cérémonie a été marquée par les remontrances du bluesman Steve Miller contre cette institution.

Les rappeurs, qui viennent de Compton, une banlieue difficile de Los Angeles, avaient été retenus en décembre pour entrer au Rock and Roll Hall of Fame aux côtés des Britanniques de Deep Purple, des rockeurs de Cheap Trick et de Chicago, et du bluesman Steve Miller.

Le rappeur Kendrick Lamar, en bas à droite sur la photo, a introduit le groupe sur scène.

Groupe fondateur

Les lauréats ont été honorés lors d'une cérémonie à New York. Le panthéon du rock, basé à Cleveland, dans l'Ohio, choisit ses artistes grâce aux votes de 800 personnalités du monde de la musique.

La cérémonie s'est transformée en une rare réunion du groupe de rappeurs. Au début des années 90, ils avaient choqué l'Amérique blanche en dénonçant les brutalités de la police à l'encontre des Afro-américains, avec le tube «Fuck Tha Police».

Membre du groupe N.W.A à ses origines, Dr. Dre est monté sur scène, vêtu d'un costume et d'une cravate noirs, accompagné de Ice Cube, arborant ses habituelles lunettes de soleil. «A l'époque, il y avait beaucoup de gens contre nous qui avaient un problème avec ce qu'on disait», s'est rappelé Dr. Dre. Il a aussi fait remarquer que même le nom du groupe, Niggaz With Attitudes, avait fait polémique.

Abus dénoncés

Steve Miller s'est, lui, plaint auprès des journalistes. Il a accusé le Rock and Roll Hall of Fame d'essayer de «voler» les droits d'utilisation des images et d'avoir exigé que toute personne l'accompagnant, exceptée sa femme, paie 10'000 dollars pour un ticket. «Le processus doit être changé dans son ensemble», a-t-il dit, ajoutant qu'il fallait «respecter les artistes que l'on dit honorer». (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion