«Secret Story 6»: Nadège remporte la finale
Actualisé

«Secret Story 6»Nadège remporte la finale

La candidate genevoise est la grande gagnante de la sixième édition du jeu de TF1. En finale, la jeune femme a battu Audrey, Julien et Yoann. C'est la première fois qu'une Suissesse gagne «Secret Story».

par
Julienne Farine

«Ouiiiii»! Elle l'a fait! Pour le plus grand bonheur de ses fans suisses et français, Nadège a gagné la sixième saison de «Secret Story», devenant par la même occasion la première Helvète à remporter le jeu de TF1. Elle succède à Marie, qui avait gagné l'édition précédente.

A son entrée dans le jeu, le 1er juin dernier, personne n'aurait osé parier sur une victoire de Nadège. Mal aimée, suspectée car arrivée plus tard dans la Maison des secrets, la Genevoise de 25 ans a mis du temps à s'acclimater et à gagner l'affection des autres candidats. Mais son naturel, son humour et ses «ouiii» stridents n'ont pas tardé à convaincre les habitants et les téléspectateurs qu'elle avait le potentiel d'une gagnante.

Merci Thomas!

Son histoire d'amour contrariée avec Thomas a certainement joué en sa faveur. Ses sentiments pour celui qui a d'abord été son faux frère dans le jeu et qui n'étaient pas partagés, ont séduit le public qui a pu s'identifier à ses peines de cœur et à sa manière de les surmonter, gardant toujours (ou presque) le sourire.

Adorée des téléspectateurs, Nadège a réussi à sortir plusieurs prétendants à la victoire. Parmi eux, Fanny, qui doit encore se mordre les doigts d'avoir osé critiquer le physique de la jolie Suissesse. La comparant à une femme enceinte, se moquant de son double menton, Fanny a immédiatement été éliminée par le public, totalement acquis à la cause de Nadège.

Car si la jeune femme a effectivement pris quelques kilos, c'est parce qu'elle noyait son chagrin amoureux dans le Nutella. Comme toutes les filles. Et c'est certainement pour cette raison que Nadège a conquis le cœur des téléspectateurs de TF1.

Suivez toute l'actualité des stars sur les réseaux sociaux avec «20 minutes»:

Ton opinion