Jeux vidéo: Naissance d’un studio prometteur pour des jeux AAA

Publié

Jeux vidéoNaissance d’un studio prometteur pour des jeux à gros budget

Des développeurs à l’origine du jeu de course automobile «Forza Horizon», de Microsoft, se sont réunis sous la nouvelle entité Maverick pour laisser davantage de place à leur créativité.

Ancien directeur de la création chez Playground Games, à l’origine du jeu «Forza Horizon», Mike Brown a pris la direction du nouveau studio anglais Maverick Games.

Ancien directeur de la création chez Playground Games, à l’origine du jeu «Forza Horizon», Mike Brown a pris la direction du nouveau studio anglais Maverick Games.

Playground Games/Studio Maverick Games/photomontage.

Il faudra certainement compter à l’avenir avec le studio Maverick Games. Ce studio anglais vient d’être lancé avec pour ambition de sortir des jeux à gros budget, des triples A dans le jargon de l’industrie du jeu vidéo. Il peut compter, sur le papier, d’une équipe expérimentée, en grande partie issue de Playground Games, le studio à l’origine «Forza Horizon». On trouve notamment à sa tête Mike Brown, ancien directeur de la création du jeu de simulation de course automobile édité par Microsoft, qui a partagé son enthousiasme sur Twitter:

Le rôle de directeur créatif de l’équipe de dix personnes est revenu à l’expérimenté Ben Penrose, qui a collaboré avec Playground Games et a récemment travaillé chez Sharkmob, développeur de «Bloodhunt», un jeu free-to-play de type battle royale dans un univers de vampires impitoyables.

Déjà à l’œuvre sur un titre

Le studio Maverick, basé près de Birmingham, au centre de l’Angleterre, travaille déjà sur un projet. Il n’a pas lâché beaucoup d’informations mais a précisé que ce sera un titre en mode ouvert pour consoles et PC. Son directeur promet un jeu «moderne» et «impliquant continuellement les joueurs sans être répétitif».

Lassitude au sein de gros studios

Interrogé par le site gameindustryy.biz, Mike Brown a motivé son départ «en bons termes» de Playground Games en voulant s’éloigner de projets «sûrs» et encourager les «risques créatifs», d’où certainement son nom (franc-tireur en français). La création du studio anglais confirme une tendance de voir des personnes expérimentées du secteur aspirer à retrouver de l’indépendance après s’être senties bridées dans leur créativité.

(laf)

Ton opinion

1 commentaire