Californie - Naufrage mortel d’un bateau de passeurs: le pilote inculpé
Publié

CalifornieNaufrage mortel d’un bateau de passeurs: le pilote inculpé

L’homme est accusé d’avoir tenté de faire entrer des étrangers illégalement sur le sol américain et d’agression sur un agent fédéral lors de son interpellation.

Deux hommes de 29 et 35 ans et une femme de 41 ans, tous trois de nationalité mexicaine, ont péri dans le naufrage.

Deux hommes de 29 et 35 ans et une femme de 41 ans, tous trois de nationalité mexicaine, ont péri dans le naufrage.

AFP

Le pilote d’un bateau qui s’est violemment échoué dimanche, faisant trois morts et 29 blessés parmi les passagers, vraisemblablement des migrants tentant d’entrer illégalement aux États-Unis depuis le Mexique, a été inculpé mercredi par un tribunal fédéral californien.

D’après les documents remis au tribunal de San Diego, ville du sud de la Californie, Antonio Hurtado, un citoyen américain, était à la barre du chalutier de douze mètres de long lorsqu’il a fait naufrage et a commencé à se disloquer, contraignant les occupants à sauter à l’eau pour tenter de sauver leurs vies. Il est accusé d’avoir tenté de faire entrer des étrangers illégalement sur le sol américain et d’agression sur un agent fédéral lors de son interpellation.

Deux hommes de 29 et 35 ans et une femme de 41 ans, tous trois de nationalité mexicaine, ont péri dans le naufrage. Antonio Hurtado et 29 autres occupants du bateau ont quant à eux été transportés à l’hôpital, où deux se trouvaient toujours mercredi.

«Tout ce qui les intéresse, c’est le profit»

D’après les documents soumis au tribunal, les migrants qui se trouvaient à bord disent avoir payé entre 15’000 et 18’500 dollars (entre 13’705,50 et 16’903,45 francs) pour passer illégalement aux États-Unis et ont identifié Antonio Hurtado comme le capitaine du navire.

«Les passeurs ne se soucient pas des personnes qu’ils exploitent. Tout ce qui les intéresse, c’est le profit. Les équipements de sécurité étaient inadéquats et de toute évidence le bateau était fortement surpeuplé», avait déclaré dimanche Jeffrey Stephenson, porte-parole des gardes-frontières américains, peu après le drame.

Les États-Unis font face à un pic des traversées illégales à leur frontière avec le Mexique, avec 172’000 arrestations en mars, un niveau inédit depuis quinze ans.

(AFP)

Ton opinion

0 commentaires