15.10.2020 à 16:53

BruxellesNavalny empoisonné: l’UE sanctionne les hommes de Poutine

Les pays de l’UE ainsi que le Royaume Uni et la Norvège estiment que l’empoisonnement de l’opposant russe n’a été possible qu’avec le consentement présidentiel.

Les dirigeants européens se sont montrés unis sur la question des sanctions.

Les dirigeants européens se sont montrés unis sur la question des sanctions.

KEYSTONE/AP/Yves Herman

Les dirigeants européens ont sanctionné jeudi à Bruxelles plusieurs «hommes du président» Poutine pour l’empoisonnement d’Alexeï Navalny. Ils ont manifesté leur volonté d’utiliser leurs armes politiques et économiques pour faire respecter le droit international.

Les Européens ont sanctionné l’implication de la présidence russe dans l’empoisonnement de l’opposant Alexeï Navalny, au moyen d’un agent neurotoxique du groupe Novitchok, une substance conçue à des fins militaires, et la déstabilisation de la Libye. Les deux actions violent le droit international et des résolutions de l’ONU. L’Union a pris le temps pour réunir des preuves afin que ses sanctions soient inattaquables en justice.

«L’empoisonnement d’Alexeï Navalny n’a été possible qu’avec le consentement de l’administration présidentielle», souligne la décision publiée au Journal officiel de l’UE. Le Royaume-Uni, qui a quitté l’UE, et la Norvège se sont associés à ces sanctions.

Les dirigeants européens lancent avec ces mesures un avertissement implicite au président turc Recep Tayyip Erdogan, engagé dans les conflits en Libye, en Syrie, au Nagorny-Karabakh et qui viole le droit international avec des forages illicites dans les eaux riches en hydrocarbure de Chypre et de la Grèce.

Turquie au menu vendredi

La seconde journée du sommet européen, vendredi, sera consacrée à la politique étrangère et aux relations avec Ankara.

Les sanctions officialisées jeudi ne sont pas une surprise pour Moscou. Le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell a informé mardi son homologue russe Sergueï Lavrov de leur adoption et de leur portée.

«Avec cette décision, le Conseil de l’UE nuit aux relations avec notre pays», a affirmé jeudi le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov. La réponse de Moscou «sera conforme aux intérêts de la Russie», a-t-il ajouté. «Nous voulons comprendre ce que veut l’UE. Bien sûr, la politique actuelle de l’UE ne restera pas sans conséquences», avait averti mercredi Sergueï Lavrov.

Arc d’instabilité

La nouvelle stratégie européenne a été développée par le président du Conseil, le Belge Charles Michel, dans plusieurs discours prononcés à la veille d’un sommet exclusivement consacrée aux relations internationales début octobre.

«Un arc d’instabilité s’est développé autour de nous», a-t-il souligné devant le Bruegel Institute, un influent centre de réflexion bruxellois. Charles Michel a cité les difficiles relations avec la Russie, la Turquie, le Royaume-Uni depuis le Brexit, les Etats-Unis et la Chine.

«Nous disposons d’instruments solides. Nous devons mieux les utiliser», a-t-il insisté. «Les politiques de sanctions et de visas offrent une opportunité régalienne que nous pouvons mobiliser», a-t-il expliqué.

Unité retrouvée

Les sanctions décidées jeudi contre six membres de l’administration présidentielle et un homme d’affaires influent proche du président russe, Evguéni Prigojine, sont symboliques: ils seront interdits de visas et leurs avoirs dans l’UE seront gelés.

Mais elles ont été décidées à 27, sous l’impulsion de Paris et Berlin. L’Union démontre ainsi avoir retrouvé son unité, mise à mal avec le blocage par Chypre des sanctions contre le régime d’Alexandre Loukachenko au Bélarus.

Nicosie a levé ses réserves après avoir obtenu le recours à des sanctions contre la Turquie. «Si Ankara poursuit ses actions illégales, nous utiliserons tous les instruments à notre disposition», a averti la présidente de la Commission Ursula von der Leyen à l’issue du sommet européen début octobre.

Un dispositif comprenant des mesures économiques lourdes de conséquences pour la Turquie a été préparé et est «prêt à être utilisé immédiatement», a-t-elle précisé. Quinze jours après, les dirigeants européens peuvent décider s’il est nécessaire de l’enclencher.

L’Union a dans cet esprit décidé en début de semaine de sanctionner le président Loukachenko et des membres de sa famille pour tenter de faire cesser la répression.

(ATS/NXP)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!