Actualisé 21.07.2015 à 18:17

LausanneNavettes sans pilote dispo sur appel à l'EPFL

Une App permet de commander gratuitement un véhicule autonome sur le campus. L'innovation séduit, mais elle a aussi ses limites.

von
Francesco Brienza
Gratuit, le système peut être testé à l'EPFL jusqu'au 28 août.

Gratuit, le système peut être testé à l'EPFL jusqu'au 28 août.

«Kitt, viens me chercher!» Grâce à une start-up vaudoise, la réalité se rapproche de la série culte des années 1980 «K2000». A l'époque, David Hasselhoff faisait débouler sa Pontiac toute seule en parlant à sa montre. Aujourd'hui, le smartphone a remplacé le bracelet: les navettes autonomes de l'EPFL peuvent désormais être «appelées» via l'application BestMile et vous faire sillonner le campus. C'est gratuit, et le but est d'imaginer un système de transport public flexible qui s'adapte en temps réel à la demande de ses usagers. Les véhicules sont issus de la flotte inaugurée en avril et testée depuis par près de 6000 passagers. Mais au lieu de suivre une ligne et un horaire définis, ils naviguent selon les besoins. Le trafic étant géré par un logiciel complexe.

Le concept sera présenté en octobre au salon mondial des transports intelligents de Bordeaux (F). Il pourrait bien se développer. «C'est très intéressant pour l'avenir, analyse un ingénieur de la communauté vaudoise d'intérêts pour les transports publics. Surtout dans les régions rurales ou dans les espaces privés, type campus.» Mais pour les zones à forte densité, le spécialiste croit plutôt à l'optimisation du système de lignes: «C'est une question de débit, précise-t-il. Sans parler des difficultés de cohabitation avec le trafic.»

Visiter la Basilique de Valère grâce aux véhicules autonomes?

Le projet n'en est qu'à ses balbutiements, mais il avance. L'EPFL Valais aimerait utiliser la technologie des véhicules sans chauffeur pour emmener les touristes au sommet de la colline de Valère à Sion. «Rien n'est décidé, tempère Marc-André Berclaz, directeur du campus. Mais l'idée est très intéressante. Pour l'instant, il y a toute une série d'autorisations à obtenir. Nous y verrons plus clair d'ici une année.» Des tests en milieu urbain sont aussi réalisés actuellement à Zurich.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!