Pully (VD): Navigateurs fâchés contre une plateforme lacustre
Actualisé

Pully (VD)Navigateurs fâchés contre une plateforme lacustre

L'EPFL et l'UniGE aimeraient analyser les eaux du Léman au large de Pully. Soulèvement chez les plaisanciers.

par
frb
La vue depuis le port de Pully risque d'être un peu modifiée.

La vue depuis le port de Pully risque d'être un peu modifiée.

photo: Kein Anbieter/Ville de Pully

«Les Pulliérans ont été laissés de côté, et c'est inadmissible.» Présidente de l'Association pour la sauvegarde du hameau du port de Pully et de ses abords, Brigitte Guerlais est très remontée. L'objet de son courroux: «Léxplore», une plateforme scientifique que souhaitent poser l'EPFL et l'Université de Genève à 570 m des rives de la commune de l'Est lausannois. Dans «24 heures», la Vaudoise déplore que les utilisateurs du lac n'aient pas été consultés lors de la mise à l'enquête du projet.

Dans le détail, la plateforme doit être ancrée pendant dix ans au large de Pully. Bardée d'instruments de mesure, elle analysera les eaux du Léman en continu. L'idée est de mieux comprendre les mouvements des eaux et des organismes qui s'y trouvent. Car selon les concepteurs de «Léxplore», les analyses ponctuelles montrent leurs limites. Mesurant dix mètres de côté pour 4 m de haut, ce carré flottant nécessitera la création d'un no man's land de 100 m de chaque côté, pour ne pas perturber la qualité des prises de mesures. Un système de répulsion à oiseaux sera installé, et des balises empêcheront les filets des pêcheurs de trop s'en approcher. Coût total de l'installation: 500'000 francs.

Mis à l'enquête en 2015, «Léxplore» avait déjà soulevé une levée de boucliers des plaisanciers pulliérans. Mais l'Etat avait balayé toutes les oppositions, estimant que les résultats de cette étude permettront de mieux protéger le lac. «La connaissance générale du Léman n'est de loin pas encore aboutie, explique à «24 heures» Philippe Hohl, chef de la division Eau à la Direction générale de l'environnement (DGE). (...) Beaucoup de discussions ont eu lieu avec les professionnels du lac: si des obstacles insurmontables étaient apparus, nous n'aurions pas donné notre autorisation.» L'auteur du projet estime pour sa part que les nuisances ne sont pas insurmontables. Et la Municipalité de Pully, consultée pour la forme, bien que le site envisagé soit de compétence cantonale, a donné un préavis positif.

Reste que les navigateurs ont fait recours contre la levée des oppositions. C'est donc le tribunal qui décidera si la zone de Pully recevra ou non la plateforme scientifique.

Ton opinion