Actualisé 20.02.2008 à 20:15

«Ne dites pas Tecktonik, mais dites electro dance»

Deux jeunes organisent un concours d'electro qui passera par plusieurs villes romandes.

«La Tecktonik est une marque française. le véritable terme pour caractériser cette danse, c'est l'electro dance. Mais bien sûr pour le commun des mortels cette danse c'est de la tecktonik.» précise Laurent Dufour, 24 ans, coorganisateur genevois de l'Electro Dance Contest. Cette précision faite, Laurent Dufour explique le principe: «Nous organisons des présélections dans les villes romandes, et une grande finale aura lieu au MAD à Lausanne. Le but, c'est de pouvoir réunir les meilleurs danseurs. Avec eux nous travaillerons pour la création d'un groupe.»

Laurent Dufour veut débusquer «les prochaines étoiles romandes du mouvement electro dance». Les présélections auront lieu au Diams Club de Sion le 22 février, au Magic Club de Neuchâtel le 23, puis au Globull de Bulle (FR) le 7 mars. «Nous aurons ensuite des présélections à Genève et à Lausanne.» Laurent Dufour explique encore que les participants doivent habiter au maximum à 20 km du lieu du concours, ceci afin de «favoriser les gens du coin et de leur laisser les chances». Cette version tecknonik à l'échelle romande de la «Nouvelle star» n'est pas la seule. Un casting pour un clip à lieu à Genève dimanche. «20 minutes» organise aussi un concours qui recherche les meilleurs danseurs de la spécialité.

Nando Luginbuhl

Juste Electro

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!