Séries: Ne parlez plus de remake, dites «reboot»
Actualisé

SériesNe parlez plus de remake, dites «reboot»

Certains projets ne se contentent pas de reproduire mot pour mot l'original, mais apportent le «truc en plus».

par
Stéphanie Billeter

C'est dans les vieux chaudrons, blablabla, on connaît la chanson. En effet, pourquoi faire du neuf, puisque le vieux a déjà été testé et approuvé? Et pourquoi se plaindre du manque d'imagination des producteurs quand, et cela ne gâche rien à la qualité ni au plaisir, «Lost» s'inspire de «La planète des singes» ou «Fringe» de «X-Files»?

Qualité, plaisir, références, certaines productions ne s'embêtent pas à chercher un nouveau concept. Elles s'emparent d'une franchise pour créer un nouveau produit (cela marche aussi très fort côté cinéma).

A notre gauche se trouve l'option remake. «90210», «Melrose Place», «Bionic Woman», «V», ces séries reprennent le canevas d'origine remis au goût du jour. But: séduire la génération actuelle sans innover dans le fond pour ne pas heurter leurs parents. Ça passe ou ça casse.

A notre droite, le procédé «reboot». «Battlestar Galactica», «The Prisoner», «Doctor Who» en sont. Il s'agit de relire une série, une histoire. C'est commun au cinéma («James Bond», «Batman», par exemple). Ainsi «Galactica» est moins manichéiste que l'original, «Le prisonnier» développe de nouveaux thèmes, comme la schizophrénie.

A ce propos, que penser de «Dallas 02»? Le projet a été officiellement lancé mardi avec l'annonce de l'écriture confiée à Cynthia Cidre (créatrice de «Cane»). Une rebootrice? Affaire à suivre. Forcément.

Ton opinion