Ben L'Oncle Soul: «Ne pas faire aussi bien ne me pose aucun souci»
Actualisé

Ben L'Oncle Soul«Ne pas faire aussi bien ne me pose aucun souci»

Ben L'Oncle Soul proposera, jeudi 31 octobre 2013 aux Docks de Lausanne, des titres inédits figurant sur son nouvel album, à paraître en 2014.

par
Fabien Eckert
Le chanteur de 28 ans avait cartonné avec son 1er essai en 2010.

Le chanteur de 28 ans avait cartonné avec son 1er essai en 2010.

Rares sont les artistes à partir en tournée avant la publication d'un disque. Ben L'Oncle Soul en fait partie. Le soulman français livre en primeur les contours de son 2e disque, à paraître au début de l'année.

Vous tournez déjà alors que personne n'a entendu vos nouveaux titres. Pourquoi?

Ma réponse officielle: C'est ce qui arrive aux gens qui aiment beaucoup la scène. Les morceaux existent déjà, alors pourquoi ne pas les jouer sur scène? Je suis très impatient comme mec. Ma réponse officieuse: Le live peut m'aider à boucler l'album. Notamment sur le choix des singles ou de l'ordre des morceaux. Les réactions du public sont un bon indicateur pour effectuer ces choix. En général, un titre que j'ai plaisir à jouer sur scène est un bon titre. L'album devrait sortir début 2014. Il devrait s'appeler «Walk the Line».

Pourquoi avoir enregistré aux États-Unis?

Parce que j'ai bossé avec Monophonics dans son studio. Je suis vraiment fan de ce groupe de San Francisco. J'ai tout ses disques. C'est un combo très pointu. Il connaît sur le bout des doigts la musique noire des USA. Les musiciens sont tous des passionnés de soul, de funk et de blues. Sur la Côte ouest, c'est un des groupes les plus respectés. Je l'ai rencontré à Paris il y a quelque temps. A la fin de son concert, je suis allé trouver les musiciens pour leur dire que je voulais faire de la musique avec eux. On a donc fait cet album ensemble.

Ça va au-delà de l'album puisque Monophonics est aussi avec vous sur la tournée...

On est tombés amoureux les uns des autres et des morceaux qu'on a fait ensemble. C'était aussi logique que le combo soit avec moi sur scène pour défendre les titres qu'on a produits.

La couleur de cet album sera donc toujours très soul. Mais y aura-t-il aussi des surprises?

Oui, j'espère. Parce que sinon, ça veut dire qu'on va se faire chier en l'écoutant!

Le 2e album est toujours le plus difficile à produire. Était-ce votre cas?

Oui, déjà parce que j'ai travaillé avec des gens avec qui je n'avais jamais collaboré. On est reparti de zéro. La seule contrainte que je me suis imposée, c'était: «est-ce que je suis content de ce que j'ai fait?» Mais pour être très honnête, même si je n'ai pas cherché pas à surprendre les gens, cet album est très différent du précédent. Je me suis plus dévoilé dans les textes et dans la musique, avec par exemple, plus de blues.

450'000 albums vendus, 4 Victoires de la musique, deux MTV European Music Awards, un NRJ Music Award, le Prix Constantin: comment faire mieux avec ce 2e disque?

La barre a été placée très haut. Je pars du principe que ce sera forcément difficile de faire aussi bien. Je n'ai aucun souci avec ça. Je suis content de tout ce qui s'est passé. J'en ai profité à fond. C'était inouï et exceptionnel. Mais c'est clair que ça m'a pris du temps pour digérer tout ce que j'ai vécu. Aujourd'hui, je suis heureux de repartir comme un homme neuf.

Ces trois dernières années vous ont-elles inspirées?

Si j'avais écrit sur tout ce qui m'était arrivé, j'aurais composé un disque avec comme thème «C'est super d'être en tournée avec les copains». Ce n'est pas vraiment les textes que j'avais envie d'avoir. Par contre, c'est vrai que dans le nouveau disque, il y a la notion de l'éloignement des siens. C'est quelque chose de douloureux. Il y a aussi le blues de la route que j'aborde subtilement. Il est clair que j'ai trouvé ce sujet au cours des trois dernières années.

Si j'avais écrit sur tout ce qui m'était arrivé, j'aurais composé un disque avec comme thème «C'est super d'être en tournée avec les copains». Ce n'est pas vraiment les textes que j'avais envie d'avoir. Par contre, c'est vrai que dans le nouveau disque, il y a la notion de l'éloignement des siens. C'est quelque chose de douloureux. Il y a aussi le blues de la route que j'aborde subtilement. Il est clair que j'ai trouvé ce sujet au cours des trois dernières années.

Ben L'Oncle Soul avec Monophonics

Jeudi 31 octobre 2013, 20h30, Les Docks, Lausanne. Infos et billets: www.docks.ch

Ton opinion