Actualisé 26.05.2016 à 21:44

Jeux olympiques 2026«Ne pas parler de tourisme mais de patrimoine»

Après l'annonce d'une candidature conjointe de Vaud et du Valais pour les Jeux olympiques de 2026, un expert donne son avis sur ce projet.

de
Mirko Martino
photo: Keystone

Jeudi matin, la Chambre vaudoise du commerce et de l'industrie (CVCI), des représentants des milieux économiques et sportifs vaudois et valaisans ont annoncé leur volonté de porter une candidature commune pour l'organisation des Jeux olympiques 2026, sous l'appellation «The Swiss Made Winter Games 2026». Jean-Loup Chappelet, professeur à l'Institut de hautes études en administration publique de l'Université de Lausanne et auteur du livre Jeux olympiques: raviver la flamme donne son avis sur ce projet conjoint.

Monsieur Chappelet, comment voyez-vous cette candidature conjointe entre les cantons de Vaud et celui du Valais?

L'agenda 2020 du Comité international olympique autorise des candidatures réunissant des sites dispersés où des infrastructures existent déjà. Ce projet s'inscrit dans cette lignée. Mais c'était déjà en partie le cas pour la candidature pour accueillir les Jeux olympiques à Sion en 2006, puisque le bobsleigh était prévu à St-Moritz, dans les Grisons. Cependant, dans la charte olympique actuelle, on parle encore des villes candidates ou de la ville hôte, jamais d'une région ou d'un pays.

Cela pose-t-il un problème?

A moins de changer cette charte, on pourrait se retrouver avec une seule ville mise en avant. Et dans ce cas-là, qui choisir? Sion ou Lausanne? Cela pourrait déjà influencer les citoyens dans leur vote, car vote il doit y avoir, c'est important. Ou alors, les infrastructures déjà existantes dans l'autre canton seront simplement louées, comme il était prévu de le faire pour la patinoire de Lausanne si Sion avait organisé les JO en 2006.

Pour convaincre les indécis, on avance parfois les arguments des retombées économiques liées au tourisme et l'engouement sportif qu'un tel événement pourrait créer parmi la population. Qu'en pensez-vous?

C'est vrai que l'on entend souvent ces deux arguments pour organiser des Jeux olympiques: développer le tourisme et pousser les gens de la région à faire du sport. Mais c'est absolument faux. Sauf si vous voulez convaincre les hôteliers, mais eux sont déjà convaincus. Prenez l'exemple de Barcelone: vous êtes sûrement déjà allé à Barcelone, comme tout le monde. Y êtes-vous allé parce que les JO s'y sont tenus en 1992? Bien sûr que non! Tout le monde y va parce que c'est une ville qui a une grande offre culturelle à proposer, la fête, le shopping, de nombreux hôtels bon marché apparus bien après les JO et des vols low-cost.

Mais alors, pourquoi organiser des Jeux olympiques? Est-ce que ça vaut le coup et le coût?

Je pense que oui. Même si le coût est toujours important. Mais il faut mettre en avant leur apport à long terme, le patrimoine matériel et immatériel qu'il laisseront. En 1964, Lausanne accueillait l'Exposition nationale. Aujourd'hui, tout le monde s'en fiche des retombées touristiques de l'époque. Par contre, toute la zone de Vidy, qui était un marais, a été rendue à la population. Les infrastructures bien pensées perdurent. De plus, l'Expo 64 a aussi créé un état d'esprit. Cela n'est pas quantifiable, mais toute une génération est née de ce projet, des gens comme feu Jean-Pascal Delamuraz, l'ancien conseiller fédéral. Et c'est vraiment sur le patrimoine matériel et immatériel qu'il faut miser pour convaincre la population. En plus, bien évidemment, de proposer un projet respectueux de l'environnement.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!