Proche-Orient: Négociations de paix: la position d'Israël s'endurcit
Actualisé

Proche-OrientNégociations de paix: la position d'Israël s'endurcit

La position d'Israël sur les pourparlers de paix avec la Palestine est la plus dure depuis 20 ans, a déploré mardi un dirigeant de l'Organisation de libération de la Palestine.

Le premier ministre israélien Benjamin Netanyahu et le ministre de la Défense Ehud Barak.

Le premier ministre israélien Benjamin Netanyahu et le ministre de la Défense Ehud Barak.

«L'actuelle position de négociation israélienne est la pire depuis plus de 20 ans», a affirmé le négociateur Yasser Abed Rabbo, secrétaire général du Comité exécutif de l'OLP. Il a souligné qu'il n'y avait «pas de progrès tangible» dans les discussions israélo-palestiniennes en cours sous l'égide des Etats-Unis. En outre, la poursuite de la colonisation «détruit le processus de paix», estiment les négociateurs palestiniens. «Ils veulent en premier lieu la sécurité et que le tracé des frontières de l'Etat de Palestine obéisse à des considérations sécuritaires israéliennes qui n'en finissent pas», a-t-il accusé dans un communiqué publié à l'issue d'une rencontre avec une délégation d'Oman.

Présence militaire maintenue

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu veut que son pays maintienne une «présence militaire» sur le Jourdain le long de la frontière orientale d'un futur Etat palestinien avec la Jordanie. Selon M. Abed Rabbo, Israël «veut gagner du temps pour renforcer sa politique de colonisation et imposer une nouvelle réalité sur le terrain. Une telle position est de nature à miner les négociations de paix et détruire toute possibilité d'établir un Etat palestinien viable».

Treize rencontres

Le secrétaire d'Etat américain John Kerry, qui a imposé un black out médiatique sur les pourparlers de paix auxquels il a ramené les deux parties fin juillet, a affirmé le 21 octobre à Paris que les négociations s'intensifiaient, faisant état de 13 rencontres. (ats)

Ton opinion