Orbe (VD) : Nestlé inaugure un centre de technologie
Actualisé

Orbe (VD) Nestlé inaugure un centre de technologie

La nouvelle entité regroupe sur un site les compétences en matière de produits, capsules et machines, à l'instar de ce qui se fait pour Nespresso.

Le site d'Orbe prend de l'importance.

Le site d'Orbe prend de l'importance.

La Suisse et Orbe jouent un rôle «très important» pour Nestlé quand il est question d'innovation, facteur clé du développement du groupe, a déclaré Paul Bulcke, son directeur général (CEO). «Ce site est un exemple parfait de notre engagement constant en faveur de l'innovation, de la recherche et développement (R&D) et de la Suisse».

Investissements en Suisse

Le centre regroupe 120 spécialistes issus de 25 pays. Le budget est qualifié de «très important», même si Nestlé n'a pas donné de chiffres. Le site se focalise sur les produits «en croissance», a souligné un responsable de Nestlé, qui parle de 30 à 40 collaborateurs engagés ces trois dernières années.

Avec le Centre de technologie système d'Orbe, Nestlé veut se donner les moyens de conserver «son leadership mondial dans le développement de machines, de capsules et l'intégration des produits et des systèmes», a martelé Paul Bulcke. De 2003 à 2012, Nestlé a investi plus de 3,2 milliards de francs en Suisse.

Durant la même période, la multinationale a généré 3400 emplois sur sol helvétique, soit une augmentation de 52%. Pour Orbe, 650 emplois ont été créés en 10 ans, pour arriver au total actuel de 1500. Paul Bulcke a mentionné également l'importance du «partenariat social» pour assurer les conditions favorables à l'investissement.

Le thé aussi convoité

Invités à la cérémonie, le syndic d'Orbe Claude Recordon et le conseiller d'Etat vaudois Philippe Leuba se sont félicités du partenariat entre Nestlé et la région. Tous deux ont espéré que l'entreprise continuerait à investir à Orbe et ont souligné qu'ils étaient prêts à trouver des solutions pour accueillir la production du système «Special T», équivalent de Nespresso mais pour le thé.

La relation depuis 110 ans entre Orbe et Nestlé est «une fabuleuse aventure», a relevé Claude Recordon. Le syndic s'est réjoui qu'il soit possible à Orbe d'éviter «la pléthore de lois et de règlements» qui tuent le dynamisme économique, alors que les pays voisins sont pris «dans la glaise administrative et bureaucratique».

Implantations multiples

Chef du département cantonale de l'économie, Philippe Leuba a relevé que le centre STC était la 6e entité agro-alimentaire sur le site d'Orbe. Il a souligné l'importance de l'implantation de la multinationale pour le tissu industriel vaudois et dit «la fierté et la reconnaissance» envers l'entreprise qui fait du canton «une vitrine de l'innovation».

Les pouvoirs publics ont «une obsession de la compétitivité» pour assurer le développement du canton et garder son attrait concurrentiel, a déclaré Philippe Leuba. De son côté, Paul Bulcke s'est dit confiant que la Suisse «prendra les bonnes décisions pour préserver son attractivé».

Court ou long terme ?

Questionné sur l'impact de l'adoption de l'initiative Minder, Paul Bulcke a cependant noté qu'«il y avait un risque». Le texte donne davantage de pouvoirs aux actionnaires qui peuvent privilégier le court terme, alors qu'une entreprise a besoin d'une vision à long terme, selon lui.

Le succès est «une position dangereuse», a remarqué le CEO. Nestlé doit passer en revue sa gamme de produits tous les 5 à 6 ans s'il veut rester numéro un sur le marché. Il a rappelé que Nestlé fêtait cette année les 75 ans du légendaire Nescafé, sans cesse revu et décliné sous différentes formes. (ats)

Ton opinion