Lait frelaté: Nestlé retire son lait «Dairy Farm» de la vente à Hong Kong
Actualisé

Lait frelatéNestlé retire son lait «Dairy Farm» de la vente à Hong Kong

Nestlé a retiré son lait Dairy Farm de la vente à Hong Kong à la demande des autorités, a indiqué lundi le groupe.

Des traces de mélamine ont été détectées sur un lot de ce produit mais le géant de l'agroalimentaire assure qu'il n'a pas été fabriqué à partir du lait contaminé en Chine.

«La mélamine peut être trouvée dans des quantités minuscules dans la chaîne alimentaire partout dans le monde. Les traces détectées ne comportent aucun risque pour la santé des consommateurs», a assuré à l'ATS le porte-parole de Nestlé, Robin Tickle. Il a précisé que la quantité décelée était 25 fois moins importante que le seuil maximal toléré dans les denrées alimentaires au sein de l'Union européenne (UE).

Produit retiré à Hong Kong

«Les autorités de Hong Kong nous ont demandé de rappeler ce produit et nous avons offert notre entière collaboration», a expliqué M. Tickle. Le Nestlé Dairy Farm UHT Pure Milk est destiné aux adultes, a-t-il précisé.

Le Centre pour la Sécurité alimentaire (Centre for Food safety) de Hong Kong a indiqué dimanche qu'il avait découvert de la mélamine dans le «Dairy Farm» et ordonné son retrait de la vente.

«Etant donné le faible niveau détecté, une consommation normale ne pose pas de problème majeur de santé. Cependant, il n'est pas conseillé aux jeunes enfants de consommer le produit laitier», avait indiqué un porte-parole du Centre.

Seuil maximal introduit

Jusqu'à l'affaire du lait contaminé en Chine, révélée il y a dix jours, aucune base légale ne régissait le seuil maximal de mélamine autorisé dans les produits alimentaires à Hong Kong.

Désormais, les autorités hong-kongaises ont décidé d'introduire un niveau de tolérance pour la mélamine de 1mg/litre pour les produits destinés aux nourrissons, aux femmes enceintes et aux mères allaitant et de 2,5 mg/litre pour les autres produits. Ce seuil est plus restrictif que celui admis dans l'UE et en Suisse, soit 30 mg par kilo de denrées alimentaires.

Suisse épargnée

Selon l'Office fédéral de la Santé publique (OFSP), la Suisse n'a pas importé de lait frelaté à la mélamine en provenance de Chine. «Nous n'avons jamais eu connaissance de traces de mélamine trouvées sur des produits alimentaires en Suisse», a en outre indiqué à l'ATS le chef de la section risques chimiques à l'OFSP Vincent Dudler.

Selon l'expert, les traces de cette subtance chimique, repérées sur certains produits en quantité infime, peuvent être dues à des emballages fabriqués avec de la mélamine, qui contaminent ensuite les aliments. «Ce type d'emballage n'est pas utilisé en Suisse», a assuré M. Dudler.

(ats)

Ton opinion