Actualisé

EmploiNet recul du nombre de chômeurs

Pour le deuxième mois d'affilée, on note une baisse du nombre de sans-emplois en Suisse.

Le nombre de chômeurs en Suisse a reculé en mars pour le deuxième mois consécutif. Il a diminué de 4,8%, soit de 7008 personnes à 138'993, après une baisse de 2157 le mois précédent. Le taux de chômage s'est contracté de 0,2 point par rapport à février à 3,2%.

«La baisse résulte uniquement de facteurs saisonniers», explique Dominique Babey, chef par intérim de la Direction du travail du Secrétariat d'Etat à l'économie (SECO), contacté mardi par l'ATS. En chiffres désaisonnalisés, l'effectif présente en effet une hausse de 500.

L'évolution demeure une bonne nouvelle aux yeux du SECO. Mais la prudence reste de mise pour les prochains mois, la conjoncture en Suisse dépendant largement de l'évolution de la situation dans la zone euro, où le chômage a atteint un niveau record en février avec un taux de 12% de la population active.

Reprise d'activité

Le mouvement de mars reflète la reprise de l'activité, avec le retour du printemps, dans les secteurs de la construction, de l'hôtellerie et de l'agriculture. Le phénomène s'est révélé particulièrement visible dans les cantons ayant profité du tourisme d'hiver, soit le Valais, les Grisons, Uri et le Tessin.

A l'inverse, l'industrie des machines, des équipements électriques et des métaux, parmi les principales branches, est celle qui a le moins participé au recul général. L'essentiel de la baisse de mars dans le secteur secondaire est d'ailleurs à mettre sur le compte du bâtiment et du génie civil (-2350 chômeurs sur une contraction de 2841).

Pour ce qui concerne l'avenir, le SECO s'en tient à ses prévisions antérieures, à savoir une augmentation de 0,4% du nombre moyen de chômeurs sur l'ensemble de l'année à 144'000, pour un taux de 3,3% de la population active. Peut-être cette variante maximale ne sera-t-elle pas tout à fait atteinte, avance Dominique Babey.

Hausse en rythme annuel

Revenant sur l'évolution des douze derniers mois, le responsable au SECO rappelle que le nombre de chômeurs a progressé en moyenne de plus de 1000 par mois. L'effectif inscrit auprès des Offices régionaux de placement (ORP) apparaît ainsi supérieur de 10% par rapport à mars 2012, soit de 12'601 personnes.

Une situation qui reflète le ralentissement économique relevé en Suisse, en raison de la persistance de la crise de la dette dans nombre de pays de la zone euro. L'ensemble des demandeurs d'emploi a, pour sa part, diminué de 6271 personnes en mars par rapport à février pour revenir à 194'224 (mais 7,4% ou 13'312 sur un an).

Le chômage des jeunes (chômeurs âgés entre 15 et 24 ans) a davantage reculé que la moyenne. Il a reflué de 8,4% ou de 1723 personnes à 18'802, même s'il reste en hausse de 7,7% ou de 1352 individus en rythme annuel. Le nombre des places vacantes annoncées aux ORP a, de son côté, diminué de 13 le mois passé à 16'022.

Genève le plus touché

Au niveau géographique, tous les cantons romands ont vu leur taux de chômage reculer en mars par rapport à février. La plus forte baisse est intervenue en Valais, très sensible aux variations saisonnières des activités de tourisme et de construction, avec une contraction de 0,7 point à 4,2%.

Genève a, lui, retrouvé son rang de canton le plus touché par le chômage, malgré un taux en diminution de 0,1 point à 5,3%. En février, il partageait cette place avec le canton de Neuchâtel, mais celui-ci a connu le mois passé un recul plus marqué de son taux de chômage (-0,2 point à 5,2%).

Vaud a pour sa part enregistré un repli de 0,3 point à 5%. Le canton du Jura a vu son taux de chômage se contracter de 0,1 point d'un mois à l'autre à 3,8%. Fribourg conserve, de son côté, le rang de canton romand le moins affecté par le phénomène, avec un coefficient en baisse de 0,2% à 2,8%.

Le SECO constate par ailleurs que le chômage partiel a progressé en janvier sur un mois, contrairement à décembre, aussi bien pour le nombre de personnes que pour celui des entreprises. Enfin, il apparaît, toujours sur la base de janvier, que 3296 personnes ont épuisé leurs droits aux prestations de l'assurance chômage. (ats)

Excédent de 1,16 milliard - Dette ramenée à 5 milliards

Les comptes de l'assurance chômage ont à nouveau été excédentaires l'an dernier. L'exercice comptable annuel a bouclé sur un surplus de 1,16 milliard de francs. La dette a ainsi pu être ramenée à 5 milliards, selon les chiffres publiés mardi par le Secrétariat d'Etat à l'économie. L'excédent s'était déjà élevé à 1,63 milliard en 2011, alors que l'assurance a affronté un trou de 1,7 milliard en 2010. En 2012, le surplus enregistré a permis de rembourser des prêts pour un montant d'un milliard à la trésorerie de la Confédération. Un montant total de 4,277 milliards (4,158 en 2011) a été payé au titre des indemnités de chômage.

Sur cette somme, quelque 158 millions de francs (96) concernent les indemnités en cas de chômage partiel et 98 millions (28) les indemnités en cas d'intempéries, alors que 539 millions (575) ont été dépensés pour les mesures relatives au marché du travail. Les frais administratifs se sont élevés à 666 millions (676) et la charge des intérêts à 11 millions (22).

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!