Israël: Nétanyahou assure que son gouvernement va reprendre les pourparlers de paix avec les Palestiniens
Actualisé

IsraëlNétanyahou assure que son gouvernement va reprendre les pourparlers de paix avec les Palestiniens

Le Premier ministre désigné Benyamin Nétanyahou a assuré mercredi, au lendemain du ralliement des travaillistes à sa coalition, que son prochain gouvernement serait un «partenaire pour la paix avec les Palestiniens».

La paix «est un objectif commun et durable pour tous les Israéliens et tous les gouvernements israéliens, y compris le mien. Cela signifie que je négocierai avec l'Autorité palestinienne pour la paix», a expliqué M. Nétanyahou au cours d'une conférence économique à Jérusalem.

«Les Palestiniens devraient comprendre qu'ils ont avec notre gouvernement un partenaire pour la paix, pour la sécurité, pour le développement rapide de l'économie palestinienne», a-t-il ajouté. Il a présenté cet objectif de développement économique comme un «complément» aux pourparlers de paix, notant qu'une économie palestinienne forte donnera de «fortes fondations pour la paix».

Le négociateur palestinien Saeb Erekat a accueilli avec prudence ces déclarations, soulignant que le prochain gouvernement devra s'engager sur la question de la création d'un Etat palestinien.

«Tout gouvernement israélien qui accepte la solution des deux Etats, négocie avec nous sur toutes les questions essentielles sans exception, et accepte de cesser de développer les colonies (...) sera un partenaire», a-t-il déclaré. «C'est le temps des actes pour les deux parties, pas celui des mots», a-t-il fait valoir.

Les déclarations de M. Nétanyahou interviennent au lendemain du ralliement travailliste à sa coalition, jusque là très marquée à droite. Le comité central du parti travailliste s'est prononcé mardi sur l'accord de coalition conclu précédemment entre Benyamin Nétanyahou et le numéro un travailliste Ehoud Barak. Après un débat houleux, 680 délégués du parti ont voté le ralliement à la coalition et 507 contre.

Le chef du Likoud Benyamin Nétanyahou, qui a jusqu'au 3 avril pour former son gouvernement, avait déjà conclu des accords de coalition avec le parti ultranationaliste Israel Beitenou (Notre Maison Israël) d'Avigdor Lieberman et le parti religieux ultra-orthodoxe Shas. Le soutien des travaillistes doit permettre à Benyamin Nétanyahou de disposer d'une coalition plus stable, moins à la merci des exigences de ses partenaires.

Selon l'accord de coalition conclu avec les travaillistes, le prochain gouvernement s'engage à poursuivre les discussions pour un accord de paix avec les Palestiniens -Benyamin Nétanyahou s'y était jusqu'à présent refusé- et honorer les accords signés par le passé avec les Palestiniens.

Benyamin Nétanyahou dispose désormais d'une majorité parlementaire d'au moins 66 voix sur 120. Selon sa porte-parole Dina Libster, il présentera son gouvernement la semaine prochaine au Parlement, avec un vote prévu mardi. Kadima, le parti centriste de la ministre sortante des Affaires étrangères Tzipi Livni, a refusé de rejoindre la coalition. (ap)

Ton opinion