Jeux vidéo - Netflix voit en «Fortnite» son prochain rival
Publié

Jeux vidéoNetflix voit en «Fortnite» son prochain rival

Pour monter son offre à venir de jeux vidéo, la plateforme de streaming vient de débaucher chez Facebook un haut cadre réputé.

Netflix ne veut pas laisser partir ses habitués dans des univers virtuels ludiques comme celui de «Fortnite».

Netflix ne veut pas laisser partir ses habitués dans des univers virtuels ludiques comme celui de «Fortnite».

REUTERS

La firme de Los Gatos confirme ses ambitions dans le streaming de jeux vidéo. Elle a engagé Mike Verdu, ex-responsable du développement des jeux chez Electronic Arts et du contenu immersif chez Facebook. Passé également par Zynga («Farmville»), ce vétéran du secteur est reconnu dans la constitution de catalogues de jeux.

Netflix était à la recherche d’un cadre pour lancer cette alternative au Xbox Game Pass de Microsoft et autre Apple Arcade. La société a également déjà commencé à faire de la publicité pour des postes liés au développement de jeux sur son site web.

Courant 2022

Selon Bloomberg, Netflix pourrait proposer des jeux en parallèle aux contenus en streaming «dans le courant de l’année prochaine» et cela sans aucun supplément direct. Codirecteur de Netflix, Reed Hastings avait déclaré par le passé que les jeux vidéo, et notamment «Fortnite», le titre de battle royale appartenant à Epic Games, représentaient à terme la plus forte concurrence pour garder sa clientèle.

«Il ne fait aucun doute que les jeux vont être une forme importante de divertissement et une composante importante pour approfondir cette expérience de fan», avait renchéri le directeur opérationnel Greg Peters, à qui Mike Verdu devra désormais rendre des comptes.

Offre indispensable

Tous les géants du net sont appâtés par un marché du jeu vidéo en pleine croissance et qui représente une industrie de 175 milliards de dollars, selon la dernière étude du cabinet Newzoo, citée par VentureBeat. Mais la concurrence est rude dans le cloud gaming. Google a notamment fermé un studio interne qui devait alimenter son service Stadia. Amazon a connu un échec retentissant avec son jeu à gros budget «Crucible» et espère profiter de la mise à disposition de son moteur de jeu Lumberyard.

Netflix n’aurait pas encore défini de stratégie de développement. La société voudrait commencer par quelques jeux et construire dessus, une forme qui lui a réussi avec les séries.

(laf)

Ton opinion

5 commentaires