Roche: Nette hausse des ventes et du bénéfice
Actualisé

RocheNette hausse des ventes et du bénéfice

Le géant pharmaceutique bâlois Roche a fortement augmenté ses résultats l'an dernier.

Son bénéfice net a pourtant crû de 18% à près de 11,4 milliards de francs et son chiffre d'affaires de 3% à quelque 46,8 milliards.

A taux de change constants, le résultat net a progressé de 22%. Un bond dû à des coûts de restructuration inférieurs et à la reprise de pertes de valeur antérieures, selon le rapport annuel. Exprimées en monnaies locales, les ventes se sont pour leur part étoffées de 6%, portées par les traitements oncologiques, immunologiques et ophtalmologiques, de même que les produits de diagnostic.

«2013 a été une excellente année tant du point de vue des finances que des progrès de nos produits», s'est félicité le directeur général Severin Schwan jeudi à Bâle devant les médias.

Il n'empêche, la performance a quelque peu déçu, notamment le bénéfice net et le résultat opérationnel. Ce dernier a augmenté de 4% (8% en devises locales) pour s'établir à 17,9 milliards de francs.

Du coup, à la Bourse suisse, le titre a ouvert en nette baisse, reculant jusqu'à 2,3% dans la matinée avant de rebondir nettement. Il gagnait 1,84% à 243,40 francs, en début d'après-midi, dans un marché SMI à l'équilibre.

Recettes satisfaisantes

Les revenus ont, du reste, légèrement dépassé les prévisions. Sur ce plan, les deux divisions ont comblé les attentes. La première, l'unité pharmaceutique, a accru ses recettes de 3% ( 7% à taux de change constants) à 36,3 milliards de francs. La seconde, celles des diagnostics, a enregistré une croissance de 2% ( 4%) à 10,5 milliards.

A propos de ce secteur, et plus particulièrement de l'entité Diabetes Care en souffrance, l'entreprise dit croire en celle-ci «à moyen et long terme». Elle ne s'en séparera pas.

De manière générale, Roche tout comme son voisin et rival rhénan Novartis a pâti d'effets de change négatifs. En revanche, le premier se révèle moins touché par la concurrence des médicaments génériques, au contraire du second qui accuse notamment la perte de son antihypertenseur Diovan.

L'impact des génériques a coûté l'an passé 2,2 milliards de dollars à Novartis qui a vu son profit net diminuer de 9,2 milliards de dollars (8,35 milliards de francs), pour un chiffre d'affaires en hausse de 2% à 57,9 milliards de dollars.

Solide portefeuille

Severin Schwan s'est refusé à chiffre le manque à gagner induit par les génériques. L'Autrichien se veut confiant, comptant sur les projets en développement. Les produits vedettes, Mabthera/Rituxan (traitement contre le cancer du sang et la polyarthrite rhumatoïde qui a accédé au rang de blockbuster avec plus d'un milliard de ventes) et Herceptin (cancer du sein), ne devraient pas être menacés avant respectivement 2016 et 2015, selon le directeur général.

La société a déjà élaboré des molécules candidates pour leur succéder et évalue des combinaisons médicamenteuses en vue de nouvelles homologations et indications.

Globalement, elle s'est réjouie de son portefeuille - qui comprend actuellement quinze nouvelles substances en phase de développement clinique avancé - «l'un des plus robustes de l'industrie», aux dires de Daniel O'Day, responsable du segment pharmaceutique.

Malgré ces avancées, Roche se montre prudent pour l'exercice en cours en raison des aléas monétaires. Fixé à 4% en octobre, son objectif de ventes a été élargi à une fourchette comprise entre 1 et 5% à taux de change constants. Le groupe table, par ailleurs, sur une nouvelle hausse de son dividende, proposé à 7,80 francs au titre de 2013. Une amélioration de 6% au regard de 2012 qui n'a pas satisfait les investisseurs.

Ce dividende sera soumis à la prochaine assemblée générale, qui se tiendra le 4 mars. La réunion devrait voir, en outre, la nomination à la présidence de Christoph Franz, directeur général du transporteur aérien allemand Lufthansa, qui succédera à Franz Humer.

Application de l'initiative Minder

Roche soumettra de plus à l'assemblée générale des modifications de statuts, ayant décidé d'appliquer plus tôt qu'exigé les règles de l'initiative Minder acceptée par le peuple en mars dernier. Dès cette année, les actionnaires éliront une fois par an le président et tous les membres du conseil d'administration, ainsi que ceux du comité de rémunération.

Le vote contraignant sur les rémunérations et boni sera instauré également cette année, soit avant la date limite obligatoire de 2015. Il s'effectuera pour l'ensemble des membres cette fois-ci, avant d'être mis à exécution à titre individuel l'an prochain, a précisé la direction du groupe qui compte quelque 85'080 emplois à temps plein à travers le monde (82'089 en 2012). (ats)

Ton opinion