Actualisé 21.04.2016 à 09:14

GenèveNettoyer le barrage sans faire des milliers de morts

Verbois sera purgé en mai selon une méthode inédite. La faune piscicole avait fortement souffert lors de la vidange de 2012.

de
Léonard Boissonnas
La vidange de 2012 avait marqué les esprits.

La vidange de 2012 avait marqué les esprits.

photo: Keystone

«C'est une opération violente, on va être très attentifs.» Maxime Prevedello, secrétaire de la Fédération des sociétés de pêche genevoises et président de la Commission de la pêche, ne cache pas son inquiétude avant l'intervention qui se tiendra du 20 au 31 mai prochains.

Il y a quatre ans, la vidange du barrage de Verbois avait en effet conduit en amont de l'ouvrage à la mort de près de 75% des poissons. Leurs branchies avaient été colmatées par des sédiments. Un nouveau moyen a donc été trouvé pour débarrasser le barrage des matières charriées par l'Arve. Celui-ci consiste en un abaissement partiel – et non complet – du Rhône depuis le barrage du Seujet. Le processus permettra ainsi de limiter la teneur de sédiments à un niveau supportable pour la population piscicole, précise le Département cantonal de l'environnement, des transports et de l'agriculture (DETA).

Concrètement, la teneur en sédiments sera régulièrement mesurée au pont de Chancy. Elle ne devra pas dépasser en moyenne les 5 g/l, tout en ayant la possibilité d'avoir des pointes à 10g/l pendant 6 heures ou de 15 g/l au maximum pendant 30 minutes. Lors de la vidange de 2012, des valeurs jusqu'à 40g/l avaient été mesurées.

«Ces changements ne sont de loin pas suffisants», estime Jean-Pascal Gillig, secrétaire régional du WWF Genève. Le moment choisi tombe en période de reproduction des oiseaux et des poissons: «Ce sera catastrophique pour ces populations». L'organisation environnementale préconise l'automne pour la conduite de l'opération. Difficile techniquement en raison d'un débit faible à cette saison, selon les autorités. Les pêcheurs, eux, promettent de réagir en fonction des constats tirés après la purge de mai.

Gestion mixte

L'abaissement du Rhône sera combiné avec des dragages ponctuels et un accompagnement des crues de l'Arve, à d'autres moments de l'année. Cette solution mixte est le fruit d'une réflexion transfrontalière pour éviter le scénario de 2012. L'opération sera renouvelée tous les trois à quatre ans, prévoient les autorités. En cas de mauvaise météo, elle peut être retardée de sept jours au maximum. Sinon, elle est décalée d'un an. Le coût de l'opération du mois de mai s'élève à 1,3 million de francs pour les Services industrielles de Genève (SIG), qui pilotent l'intervention. Il faut ajouter à cette somme 2 millions liés à la perte de production d'électricité pendant 11 jours aux barrages de Verbois et Chancy-Pougny.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!