Actualisé 08.10.2012 à 09:41

Marché du travailNeuchâtel a le pire taux de chômage de Suisse

Le taux de personnes inactives en Suisse est demeuré inchangé en septembre à 2,8% de la population active. Neuchâtel devient le canton avec le taux de chômage le plus élevé du pays.

A fin septembre, le canton de Neuchâtel comptait 4233 chômeurs, un nombre en progression de 9 par rapport à fin août.

A fin septembre, le canton de Neuchâtel comptait 4233 chômeurs, un nombre en progression de 9 par rapport à fin août.

Le taux de chômage en Suisse est demeuré inchangé en septembre à 2,8% de la population active. A la fin du mois sous revue, 120'347 personnes étaient inscrites auprès des Offices régionaux de placement (ORP), un nombre en hausse de 524 par rapport à fin août.

En comparant avec septembre 2011, il apparaît toutefois que l'effectif des chômeurs a augmenté de 9003 personnes, soit une croissance de 8,1%, a indiqué lundi le Secrétariat d'Etat à l'économie (SECO). Le développement s'inscrit dans le contexte de ralentissement marqué de l'économie suisse ces derniers mois.

Anticipée par le SECO, l'évolution constatée le mois passé correspond à la tendance qui veut qu'en général le chômage ne s'accroisse que légèrement en automne, a relevé Dominique Babey, son chef ad interim de la Direction du travail, contacté lundi par l'ats.

Contraction du chômage des jeunes

Au chapitre des points positifs, le remplaçant de Serge Gaillard, parti fin septembre à la tête de l'Administration fédérale des finances, note le recul du chômage des jeunes (tranche d'âge des 15- 24 ans) ainsi que ceux du chômage partiel et de longue durée. Le premier s'explique par le commencement des activités de formation.

Dans le détail, le chômage des jeunes, qui donne une idée de la capacité du marché du travail à intégrer les nouveaux arrivants, a diminué de 1,1% pour totaliser 19'558 individus (-221). En rythme annuel, il affiche néanmoins une augmentation de 9,1% ou de 1626 chômeurs.

Au-delà, les baisses observées dans les cantons de Vaud et Genève ainsi que la hausse relevée à Zurich constituent une «petite» surprise, précise le Jurassien. Par branches, l'hôtellerie- restauration, la construction et le commerce de gros, selon les attentes, sont celles les plus touchées.

Pour l'ensemble de 2012, le SECO table sur un taux de chômage moyen de 2,9%. L'an prochain, celui-ci devrait grimper à 3,3%, une avancée de 0,4 point qui se traduira par environ 15'000 chômeurs supplémentaires.

Neuchâtel dépasse Genève

En considérant les cantons, Neuchâtel est devenu en septembre celui qui présente momentanément le taux de chômage le plus élevé de Suisse, avec une marque inchangée à 4,8%. A fin septembre, le canton comptait 4233 chômeurs, en progression de 9 par rapport à fin août.

Neuchâtel a «détrôné» Genève, attaché de longue date à ce statut, qui lui a vu son taux de chômage reculer de 0,1 point à 4,7%. Le canton du bout du lac a dénombré 158 chômeurs de moins pour un effectif de 11'068.

Dans les autres cantons romands, la palme du taux de chômage le plus bas revient toujours à Fribourg, avec un coefficient stable à 2,3% pour 3585 chômeurs à fin septembre ( 21). En Valais, le taux a augmenté de 0,1 point à 2,9% de la population active, pour 4727 chômeurs ( 130).

En revanche, le taux de chômage a reculé dans le canton de Vaud (- 0,1 point à 4,5%), avec un nombre de chômeurs diminuant de 244 à 16'933. Eu égard à son poids démographique et à son niveau de chômage, Vaud concentre plus d'un chômeur sur huit en Suisse.

Plus forte baisse dans le Jura

Le canton du Jura signe pour sa part la meilleure performance en termes de contraction du chômage en septembre. Son taux a ainsi reculé de 0,2 point sur un mois pour tomber à 3%, avec un effectif de chômeurs de 1077 (-48).

Le nombre des demandeurs d'emplois, soit les chômeurs auxquels s'ajoutent les personnes au bénéfice de gains intermédiaires ou d'une formation continue, s'est accru de 591 pour atteindre 170'867. En un an, la progression s'établit à 3,9% ou 6419 individus.

Le nombre des places vacantes annoncées auprès des ORP a diminué de 792 pour s'inscrire à 15'770 en septembre. Les réductions de l'horaire de travail (chômage partiel), qui se basent elles sur des chiffres de juillet, ont reculé aussi bien pour les personnes (- 40,6%) que pour les entreprises (-27,3%) concernées.

(ats)

Le SECO s'y attendait

La légère hausse du nombre de chômeurs enregistrée en Suisse en septembre ne constitue pas une surprise pour le Secrétariat d'Etat à l'économie (SECO). Ce dernier relève comme faits marquants les baisses observées pour Vaud et Genève ainsi que l'augmentation relevée à Zurich.

L'évolution constatée le mois passé s'inscrit dans une tendance qui veut que le chômage ne s'accroisse que légèrement en automne. Elle est liée au ralentissement subi depuis plusieurs mois maintenant par l'économie suisse, a indiqué lundi à l'ats Dominique Babey, chef ad interim de la Direction du travail au SECO.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!