Actualisé 02.03.2020 à 12:17

Santé

Neuchâtel teste la vente d'antibiotiques à l'unité

L'Office fédéral de la santé publique accompagne le canton romand pour essayer de fournir des médicaments à l'unité. Le projet sera mis en place dans treize pharmacies jusqu'en juin.

Photo d'illustration.

Photo d'illustration.

Keystone

Neuchâtel est le canton-pilote en Suisse qui va expérimenter la vente d'antibiotiques à l'unité. L'étude de faisabilité, réalisée en collaboration avec l'Office fédéral de la santé publique (OFSP), aura lieu entre mars et juin dans treize pharmacies neuchâteloises.

«L'étude vise à examiner si la taille des emballages des médicaments est adaptée et si les patients sont réceptifs aux problèmes de la résistance aux antibiotiques. Certaines personnes veulent conserver les antibiotiques restants, dans l'idée de pouvoir les utiliser une autre fois», a déclaré lundi à Keystone-ATS Virgine De Biase, pharmacienne cantonale.

«La question de faire des économies est secondaire. Elle n'est pas l'objet principal de l'étude, car les antibiotiques ne sont pas des médicaments chers et souvent la taille de l'emballage correspond à la prescription médicale», a ajouté Virgine De Biase.

Pendant trois mois, les pharmacies participant à l'étude remettent aux patients le nombre exact de comprimés prescrit par leur médecin et donc nécessaire à leur traitement. L'étude vise à observer la faisabilité d'une telle mesure en lieu et place de l'actuelle remise de boîtes complètes.

Aujourd'hui, il arrive que l'on distribue plus de comprimés que nécessaire. «Le risque que les patients utilisent les antibiotiques en surplus est réel: pour soigner d'autres maladies, pour les transmettre à des tiers ou pour s'en débarrasser de manière inappropriée (par exemple, dans les toilettes). Cela peut contribuer au développement de résistances aux antibiotiques», peut-on lire dans le communiqué.

À la suite d'une motion de l'ex-conseiller national Manuel Tornare (PS/GE), l'OFSP a mandaté en 2019 le bureau Interface Politikstudien Forschung Beratung, de Lucerne, ainsi que la Haute École spécialisée du nord-ouest de la Suisse pour mener une étude de faisabilité dans le canton de Neuchâtel. Ce dernier s'est porté volontaire pour la phase-pilote.

Sur une base volontaire

Entre mars et juin, les patients se présentant dans une des treize pharmacies participant à l'étude seront invités à y participer sur une base volontaire. Il sera vérifié si le nombre de comprimés dans la boîte d'antibiotiques complète correspond à la durée du traitement prescrit sur l'ordonnance.

Si ce n'est pas le cas, le pharmacien retirera les comprimés en surplus de la boîte. Les pharmacies remettent ensuite aux patients la boîte d'origine contenant le nombre de comprimés prescrit. Cette procédure permet de garantir que les patients continuent d'obtenir toutes les informations nécessaires sur le médicament.

Les patients qui ne souhaitent pas participer à l'opération continueront d'obtenir la boîte d'antibiotiques complète comme auparavant. Les résultats de l'étude seront publiés d'ici à la fin de 2020. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!