Vaud: Neuf ados sur dix se disent violents dans leur couple
Actualisé

VaudNeuf ados sur dix se disent violents dans leur couple

Un programme vaudois a interrogé 300 jeunes sur leur rapport à la violence dans leurs relations amoureuses. Les résultats sont bluffants.

Les résultats du programme vaudois de prévention de la violence chez les jeunes «Sortir Ensemble et Se Respecter» (SE&SR) s'avèrent prometteurs. Selon une évaluation réalisée auprès de 300 jeunes, il répond aux attentes de la grande majorité d'entre eux en matière de relations de couple.

En charge du Bureau de l'égalité entre les femmes et les hommes (BEFH), la conseillère d'Etat Jacqueline de Quattro a présenté lundi les résultats de SE&SR.

Le programme a été évalué au sein de plusieurs institutions en contact avec les jeunes (centres de loisirs, de prévention, foyers, structures pour le perfectionnement scolaire) entre 2013 et 2015. Les résultats des diverses évaluations se sont révélés très prometteurs, selon le communiqué du canton.

Attitude moins favorable à la violence

Confrontés ou non à des problèmes de violence domestique, les deux tiers des 300 jeunes approchés ont relevé que le programme répond à leurs attentes en matière de relation de couples. Trois quarts des adolescents sondés estiment être désormais à même d'aider un ami vivant des relations abusives.

Suite à leur participation au projet, la plupart des jeunes ont démontré une attitude moins favorable à la violence et aux stéréotypes de genre. Parmi les participants, beaucoup avaient admis avoir déjà agi violemment ou subi de la violence physique ou psychologique au sein de leur couple. Quelque 24,5% déclarent avoir été au moins une fois auteur de violences physiques. Pour la violence psychologique, ce taux monte à 90%.

Prise de conscience

Du côté des professionnels, les animateurs estiment que SE&SR a eu un effet très positif sur les jeunes en les amenant à une réelle prise de conscience. Les directions d'institutions mentionnent qu'il répond à un réel besoin de prévention et qu'il permet aux jeunes de développer des compétences sociales essentielles pour leur avenir, tout comme des moyens stratégiques pour faire face à la violence. Le BEFH et la Fondation Charlotte Olivier (FCHO) collaborent actuellement à l'édition d'un nouveau matériel pédagogique basé, notamment, sur les informations collectées dans le cadre du programme SE&SR. Ce matériel sera disponible au début de l'été.

Ce projet de prévention précoce a été initié en 2013. Le Conseil d'Etat vaudois l'a intégré à son «Plan d'action stratégique de lutte contre la violence domestique». Il est conduit conjointement par le BEFH et la FCHO et l'Unité de médecine des violences du CHUV. (ats)

Ton opinion