Actualisé 02.07.2015 à 16:05

FranceNeuf ans de prison pour la mère aux huit infanticides

Dominique Cottrez, accusée de la plus grave affaire d'infanticide jamais jugée en France, a été condamnée jeudi à neuf ans de prison après avoir été reconnue coupable du meurtre de huit de ses nouveaux-nés.

L'ancienne aide-soignante encourait théoriquement la réclusion criminelle à perpétuité pour les crimes qui lui étaient reprochés.

L'ancienne aide-soignante encourait théoriquement la réclusion criminelle à perpétuité pour les crimes qui lui étaient reprochés.

La peine prononcée est inférieure de moitié aux 18 ans requis la veille par l'avocat général. Les jurés, après cinq heures de délibéré, n'ont pas retenu la préméditation pour le premier infanticide mais ont souligné un «dessein arrêté» pour les suivants. Ils ont également reconnu l'existence d'une altération du discernement de l'accusée, une ancienne aide-soignante âgée de 51 ans.

A l'énoncé du verdict, Dominique Cottrez a été longuement enlacée par son mari et ses deux filles. Jeudi matin, les avocats de la défense avaient mis en avant la «détresse» d'une femme dominée par des troubles névrotiques pour appeler les jurés à juger l'accusée «selon sa pathologie».

Ils avaient rappelé les précédents dans d'autres pays comme la Finlande, la Suisse ou le Royaume-Uni, où des peines contre des femmes coupables d'infanticides après un déni de grossesse se réduisaient parfois à de la prison avec sursis. Dominique Cottrez encourait théoriquement la réclusion criminelle à perpétuité pour les crimes qui lui étaient reprochés.

Son procès, entamé le 25 juin, avait connu un spectaculaire rebondissement lundi, quand elle avait avoué lundi ne jamais avoir été violée par son père, contrairement à ce qu'elle avait affirmé durant l'instruction pour expliquer ses actes. (afp)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!