Neuf bouchons sur dix ne sont dûs ni à des travaux ni à des accidents

Publié

32’481 heures en 2021Neuf bouchons sur dix ne sont dus ni à des travaux ni à des accidents

L’Office fédéral des routes dresse le bilan de l’année 2021, qui a vu le trafic automobile s’accroître. Les mesures proposées pour remédier aux bouchons ne font pas plaisir à tout le monde.

par
Yannick Weber
Le nombre d’heures de bouchons ne cesse d’augmenter année après année.

Le nombre d’heures de bouchons ne cesse d’augmenter année après année.

20min/Matthias Spicher

Certains diront que les routes sont trop petites, d’autres qu’il y a trop de voitures dessus, ou les deux. Quoi qu’il en soit, en 2021, la Suisse a enregistré un total de 32’481 heures de bouchons, comme le dévoile jeudi l’Office fédéral des routes (Ofrou) dans son bilan annuel. Globalement, le trafic a crû par rapport à 2020, sans toutefois retrouver ses niveaux de 2019.

L’inadéquation entre la capacité des routes et leur fréquentation est en tout cas la cause principale des bouchons: elle est la source de 89% des heures de bouchons. «Le réseau est tellement chargé aux heures de pointe que même de petites perturbations suffisent à entraîner des embouteillages prolongés», note l’Ofrou dans son rapport. En comparaison, seulement 9% des bouchons sont dus à des accidents et 1% à des chantiers. Quant au dernier pour-cent, il correspond à des problèmes tels que pannes, incendies ou intempéries.

On bouge pour les loisirs

Pour la première fois, l’Office a réparti les heures de bouchons par rapport à la raison pour laquelle les automobilistes circulaient à ce moment-là. Petite surprise: si en matinée ce sont quasi exclusivement des déplacements pour se rendre au boulot, lors de l’heure de pointe de la fin de journée, une grande part est constituée de trajets pour aller faire des achats ou pour des activités de loisir. Cette dernière catégorie est d’ailleurs numéro un quand on observe le total: 35,7% des heures de bouchons sont liées aux loisirs et 28,9% au travail.

L’Ofrou rappelle aussi les mesures qu’il poursuit pour remédier au problème, comme l’harmonisation des vitesses, la possibilité de devancer des files de véhicules par la droite ou l’ouverture des bandes d’arrêt d’urgence. Il existe aussi des projets d’extension du réseau routier, qui ne font pas l’unanimité (lire ci-dessous).

Étendre les routes divise

Une consultation sur des élargissements de tronçons autoroutiers vient de se terminer. Des crédits de 12 milliards sont en jeu. Les cantons acceptent mais avec des niveaux d’enthousiasme divers. À l’avenir, «nous proposons que les montants aillent plutôt à des projets pour réduire l’impact environnemental des routes et non à des projets d’extension», dit le Conseil d’État fribourgeois. Le Canton de Vaud avertit, lui, que les propositions futures seront examinées «à l’aune du Plan climat cantonal». À l’inverse, Genève se félicite pour sa part déjà «qu’une attention particulière est portée à la stratégie climatique» dans les propositions qui ont été faites.

Ton opinion

206 commentaires