Télécoms : Après la fusion, la stratégie de Sunrise UPC sous l’œil des experts
Publié

Télécoms Après la fusion, la stratégie de Sunrise UPC sous l’œil des experts

Les deux opérateurs, qui appartiennent à la même entreprise depuis fin 2020, gardent pour l’instant leur marque respective. Car adopter un nouveau nom n’est pas si simple.

Sunrise UPC Gebäude in Wallisellen. Foto: 20min/Marco Zangger

Sunrise UPC Gebäude in Wallisellen. Foto: 20min/Marco Zangger

20min/Marco Zangger

«Sunrise et UPC sont deux marques fortes dans l’esprit des clientes et des clients. Chacune de ces marques doit donc utiliser cet atout jusqu’à ce que les deux entités adoptent le même nom», estime Stefan Vogler, expert en marques, qui explique ainsi la raison de différentes offres annoncées lundi. Mais «ces cadeaux de fidélité peuvent également indiquer que Sunrise UPC maintient une stratégie à deux marques et veut lier ses clients respectifs, tout en leur permettant de voir concrètement les avantages de la fusion pour eux-mêmes», juge le spécialiste en télécommunications Oliver Zadori.

Une marque unifiée est-elle à l’ordre du jour? «Oui, c'est le plan, mais nous ne savons pas encore quand la société fusionnée aura un nouveau nom», a indiqué l’entreprise à «20 Minuten». Elle souligne également que la combinaison Sunrise UPC n'est pas encore la nouvelle identité de marque.

Créer une nouvelle marque est-il nécessaire, alors que les deux noms existants sont parfaitement identifiés par les consommateurs? Il est logique de construire une nouvelle marque forte en tant que concurrent de Swisscom, considère Stefan Vogler. «Mais la nouvelle marque n'est pas absolument nécessaire» car la philosophie aurait pu être d'avoir deux marques en concurrence sur le marché, et donc de garder tous les clients, plutôt que de risquer d'en perdre certains si leur marque venait à disparaître.

Mais la réalisation complète d’une fusion, symbolisée par un changement de nom, peut prendre du temps. Les offres d'UPC et de Sunrise diffèrent considérablement l'une de l'autre, également pour des raisons techniques. Le réseau UPC diffère de ceux actuellement utilisés par Sunrise, et les clients ont des routeurs différents, explique Ralf Beyeler, expert en télécommunications chez Moneyland. De plus, il n'est pas logique, d'un point de vue psychologique, de donner rapidement une nouvelle image à de grandes marques, déclare Adrienne Suvada, professeur de marketing à la Haute école spécialisée zurichoise, ZHAW: «Vous êtes émotionnellement attaché à votre fournisseur, et vous devez procéder avec prudence.»

Mais la situation est moins réjouissante pour une partie des salariés de Sunrise et d'UPC. Des suppressions d'emplois sont prévues, qui pourraient toucher jusqu'à 1000 employés. Toutefois, Sunrise UPC assure que le nombre sera sensiblement inférieur. Selon des experts de la branche, des domaines tels que le marketing, la comptabilité et les ressources humaines pourraient être particulièrement touchés. «Les employés qui travaillent dans le service à la clientèle sont ceux qui ont le moins de soucis à se faire», estime Ralf Beyeler.

(rkn/mey)

Ton opinion

4 commentaires